La Redoute : Aubry dénonce l'attitude "irresponsable" de Kering

La maire de Lille accuse le groupe propriétaire de La Redoute d'avoir laissé sa filiale "s'enfoncer".

Des salariés de La Redoute manifestent contre les suppressions de postes annoncées, à Wattrelos (Nord), le 31 octobre 2013.
Des salariés de La Redoute manifestent contre les suppressions de postes annoncées, à Wattrelos (Nord), le 31 octobre 2013. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

"Dans le Nord, la vente par correspondance, c'est comme l'automobile à Sochaux." La maire de Lille, Martine Aubry, est inquiète pour sa région, après l'annonce du groupe Kering qui va supprimer des emplois chez La Redoute. Dans un entretien au JDD, dimanche 3 novembre, la maire socialiste dénonce l'attitude "irresponsable" de Kering. "La société dirigée par François-Henri Pinault a laissé La Redoute s'enfoncer", dit-elle.

"Les investissements nécessaires à la formation des salariés, à la modernisation de l'informatique et de la logistique n'ont pas été faits", lance Martine Aubry. "Nous refusons les suppressions de postes. Dans la région, environ 6 000 emplois directs et indirects sont liés à La Redoute. Les élus sont prévenus très tard de ce futur plan social. Pourquoi le processus de vente s'accélère-t-il à quelques mois des élections municipales ?", demande-t-elle.

Dans le JDD, Martine Aubry s'interroge par ailleurs sur la réalité des investissements annoncés par Kering (400 millions d'euros) pour adapter La Redoute au numérique. "Cette somme est à vérifier. N'importe quelle PME peut aujourd'hui travailler en ligne, ce n'est pas un exploit", dit-elle.