Économie : les conséquences dramatiques de l’épidémie

Jamais le PIB ne la France n’avait aussi baissé depuis la Seconde guerre mondiale. Selon l’INSEE le PIB a chuté de 13,8% au second semestre 2020. Les prévisions étaient encore plus pessimistes mais certains secteurs sont à la peine.

FRANCE 2

Le virus a mis à genoux l’économie mondiale. En France, le Produit Intérieur Brut, c’est-à-dire la richesse produite par le pays recule de 13,8% au second semestre 2020. L’Allemagne résiste un peu mieux avec une baisse de 10% mais l’Espagne s’effondre, et en moyenne c’est moins 11,9% dans l’Union Européenne.

La consommation, moteur de la reprise

La chute de la consommation, des investissements et des exportations est inédite depuis la Seconde guerre mondiale. L’INSEE prévoit une reprise de l’activité au troisième trimestre, avec une hausse du PIB de 19% en France. Stéphanie Villers, économiste, explique : "Plus 19, c’est une hausse liée à la reprise, au déconfinement qui a permis à une partie des salariés de retrouver leur activité, de retrouver leur emploi et de consommer". L’économiste rappelle ainsi que la consommation est le moteur principale de la croissance française. Certains secteurs restent néanmoins fragilisés.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le quartier de La Défense près de Paris. Photo d\'illustration.
Le quartier de La Défense près de Paris. Photo d'illustration. (VINCENT ISORE / MAXPPP)