Pécresse : "l'Etat ne mettra pas d'argent dans les banques françaises"

La ministre de l'2conomie assure que les bénéfices de la BNP Paribas, de la Société Générale et de la BPCE sont suffisants pour couvrir leurs besoins de recapitalisation.

La ministre du Budget Valérie Pécresse à l\'Assemblée nationale (Paris) le 8 novembre 2011.
La ministre du Budget Valérie Pécresse à l'Assemblée nationale (Paris) le 8 novembre 2011. (MARTIN BUREAU / AFP)

Alors que les difficultés du secteur bancaire sont au coeur des préoccupations de la zone euro, la ministre du Budget, Valérie Pécresse, a assuré dimanche 11 décembre sur Europe 1 que "l'Etat ne mettra pas d'argent dans les banques françaises". Selon la Ministre les banques pourront faire face seules à leurs besoins de financement.

L'Autorité bancaire européenne (EBA) a revu jeudi à la baisse les besoins de renforcement des fonds propres des grandes banques françaises, à 7,3 milliards d'euros contre 8,8 initialement. Sont concernées la BNP Paribas, la Société Générale et la BPCE, les fonds propres du Crédit Agricole étant jugés suffisants.

Les bénéfices des banques suffisants pour la recapitalisation

"Les (banques) françaises peuvent se recapitaliser à hauteur de sept milliards d'euros à peu près, avec leurs propres fonds, leurs propres bénéfices", a-t-elle expliqué lors du "Grand rendez-vous" Europe1, i>TELE, Le Parisien/Aujourd’hui en France.

Elle rejoint ainsi l'avis du gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, qui estimait vendredi que les banques françaises pourraient atteindre "sans problème" l'objectif de renforcement des fonds propres fixé pour fin juin par le régulateur européen.