Cet article date de plus de neuf ans.

La BCE accorde un prêt record aux banques de la zone euro

La Banque centrale européenne a débloqué mercredi près de 490 milliards d'euros en faveur de 523 banques. Une opération inédite.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, lors d'une conférence de presse au siège de la BCE à Francfort (Allemagne), le 8 décembre 2011. (DANIEL ROLAND / AFP PHOTO)

La Banque centrale européenne (BCE) a alloué mercredi 21 décembre 489,191 milliards d'euros à 523 banques de la zone euro, lors d'une opération inédite de prêt à trois ans. Le taux d'intérêt est bas, puisqu'il est fixé à 1 %.

C'est davantage que les 442,24 milliards d'euros que la BCE a accordés lors de sa première opération à un an en juin 2009, et qui constituait un record. Les analystes prévoyaient une fourchette large comprise entre 100 milliards et 500 milliards d'euros. Ils estimaient que certains établissements bancaires n'oseraient pas faire appel aux fonds de la BCE afin de ne pas être "stigmatisés" ou laisser penser qu'ils n'avaient pas la capacité de lever l'argent dont ils ont besoin sur les marchés financiers.

Les banques pourraient acheter de la dette de leurs Etats

La BCE est inquiète du mauvais fonctionnement du marché interbancaire, qui pourrait se traduire par une restriction du crédit aux ménages et aux entreprises, pénalisant ainsi la croissance. La Banque centrale a donc largement encouragé les banques européennes à venir s'approvisionner dans ses caisses.

Pour nombre d'observateurs, les banques pourraient user de cet argent afin acheter de la dette de leurs Etats, ce qui pourrait avoir un effet positif sur la crise. Mais pour d'autres, elles en useront surtout pour régler leurs propres échéances. Plus de 600 milliards de dette bancaire arrivent à maturité en 2012, dont 230 milliards rien qu'au premier trimestre, a rappelé le président de la BCE Mario Draghi. "Les banques sauvant les (Etats) souverains, cela semble improbable", commente Christian Schulz, économiste de la banque Berenberg.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise européenne

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.