Cet article date de plus de trois ans.

Italie : "Le budget est en dehors des clous" européens mais "il y a de la bonne volonté des deux côtés"

Jean-Dominique Giuliani, président de la fondation Robert Schuman, a réagi lundi sur franceinfo alors que le gouvernement italien a maintenu ses prévisions de budget, malgré les critiques de Bruxelles.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Jean-Dominique Giuliani, président de la fondation Robert Schuman. (MIGUEL MEDINA / AFP)

"Pour l'instant, le budget italien est en dehors des clous", mais "manifestement il y a de la bonne volonté des deux côtés", a estimé Jean-Dominique Giuliani, le président de la fondation Robert Schuman, lundi 22 octobre sur franceinfo, alors que le gouvernement italien a maintenu ses prévisions de budget, malgré les critiques de la Commission européenne, tout en réaffirmant sa volonté de rester dans l'Union européenne.

"Le gouvernement italien considère qu'il va relancer l'économie par la dépense publique. Je pense que certaines peuvent être comprises, notamment en faveur des plus défavorisés de la société italienne, où les inégalités se sont creusées. Pour le reste, le fait de creuser la dette risque d'inquiéter les marchés", analyse Jean-Dominique Giuliani.

La Commission européenne "prête à la souplesse"

A présent, "il va y avoir un dialogue sur les objectifs du gouvernement et les moyens qu'il choisit pour les atteindre", explique-t-il. "Tout le monde veut dialoguer. Le commissaire européen Pierre Moscovici a été assez strict. Il a dit : 'Je n'imagine pas l'Italie en dehors de l'euro'. Cela veut dire que quand on veut rester dans l'euro, on respecte les règles. Dans le passé récent, la Commission européenne a montré qu'elle était prête à dialoguer, prête à la souplesse", rappelle Jean-Dominique Giulani. "C'est l'Europe : on n'est jamais d'accord sur rien mais à l'arrivée on trouve un point d'entente. On en est là", ajoute-il.

"Ce qu'il faut, c'est ne pas mettre en cause les équilibres de l'euro, la monnaie que nous partageons. Si le gouvernement italien se montre raisonnable, avec une perspective de réduction de la dette qui inquiète un peu les marchés, je ne vois pas de raison de ne pas trouver un accord", indique Jean-Dominique Giuliani.

Pour le président de la fondation Robert Schuman, "la réaffirmation par ce gouvernement italien qu'il veut rester dans l'Europe et dans l'euro, c'est le contraire de ce qu'il a dit pendant la campagne électorale, donc c'est plutôt une bonne nouvelle". "Les Italiens veulent rester dans l'Europe et dans l'euro, pas seulement le gouvernement mais aussi les citoyens", souligne-t-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise européenne

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.