Vidéo Dette : Pierre Moscovici appelle à "revoir" les règles européennes pour "éviter les dérives austéritaires"

Publié
Article rédigé par
Radio France

Pour Pierre Moscovici, il s'agit d'avoir "des règles qui soient plus efficaces sur le plan économique, qui ne soit pas procyclique."

Alors que les économies européennes repartent après la crise liée au Covid-19, l'ancien commissaire européen estime, mercredi 16 juin sur franceinfo, qu'on "ne peut pas rester avec les mêmes règles. Il va falloir les revoir, il faut des règles qui soient plus simples". Pour Pierre Moscovici, premier président de la Cour des comptes, il ne "s'agit pas tant de remettre en cause" les 3% de déficit ou les 60% de dette maximale mais d'avoir "des règles qui soient plus efficaces sur le plan économique, qui ne soit pas procyclique."

Selon lui, il faudrait une règle "axée avant tout sur la dépense publique, qui distingue à l'investissement et le fonctionnement, qui privilégie l'investissement, qui soit distincte selon les pays en fonction de leur niveau d'endettement et qui soient contrôlés par des institutions budgétaires indépendantes".

"Il faut faire un peu plus de sur-mesure, à partir de l'analyse de la dépense publique, du niveau d'endettement, du niveau d'investissement aussi dans le développement durable."

Pierre Moscovici

à franceinfo

On peut profiter de la période actuelle "où les règles sont suspendues, qui va durer jusqu'à la fin 2022 pour réfléchir à ça", d'après Pierre Moscovici. Il estime qu'on pourrait profiter de la présidence française de l'Union européenne au premier semestre 2022 pour évoquer ce sujet.

Il raconte avoir expérimenté les contraintes liées à ces règles européennes lorsqu'il était ministre des Finances entre 2012 et 2014. "Quand on veut atteindre 3% de déficit public, alors qu'on a une croissance à zéro, ça fait très mal et ça fait mal à l'économie. Il faut être capable d'éviter justement les dérives austéritaires."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise de la dette

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.