Standard & Poor's met aussi sous surveillance l'UE, des banques, Paris et l'Ile-de-France

A la veille d'un sommet crucial de l'Union européenne, l'agence de notation qui a placé lundi sous surveillance 15 des 17 pays de la zone euro, fait de même ce soir avec l'Union européenne elle même. Une série de banques dont BNP Paribas, BPCE, BRED-Banque Populaire, Crédit foncier de France, Natixis et Commerzbank sont également concernées par ces nouvelles décisions. Ainsi que Paris et la région parisienne.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Standard and Poor's accentue donc sa pression alors que des divergences persistent entre les dirigeants des pays européens avant le sommet sur l'euro. L'agence de notation semble ne pas croire à l'hypothèse d'un nouveau traité. Elle explique que "la mise sous surveillance de l'UE est une expression de nos inquiétudes quant aux répercussions potentielles du service de la dette des Etats de la zone euro à l'avenir, dans le contexte de ce que nous voyons comme une aggravation des problèmes politiques, financiers et monétaires de la zone euro ".

Après la France, Paris et la région parisienne ?

Sur son site internet, Standard and Poor's envisage également  d'abaisser la note de la dette de la ville de Paris et de la région Ile-de-France. Une dégradation qui serait de deux crans. Mais le sort de ces deux collectivités ne sera réglé qu'une fois prise la décision pour l'ensemble du pays.

"La qualité intrinsèque de la signature de notre Ville n'est en rien
modifiée par cette annonce"

Réaction immédiate de la ville de Paris dans un communiqué : "Standard and Poor's considère en effet qu'une collectivité locale ne peut pas avoir une meilleure note que l'Etat souverain, sauf si les transferts de l'Etat ou ses  ressources fiscales ne peuvent pas être modifiés sans son accord, ce qui n'est pas le cas en France. La qualité intrinsèque de la signature de notre Ville n'est en rien modifiée par cette annonce. Les fondamentaux de Paris sont solides et le demeureront grâce à une gestion sérieuse et prudente, pour 2012 et pour les exercices suivants" .