Info franceinfo Colère des agriculteurs : l'idée d'un blocage de Paris "fait consensus" au sein de la Coordination rurale, selon sa présidente

Les agriculteurs de la Coordination rurale du Lot-et-Garonne, dont les troupes prendront la route lundi pour aller bloquer Paris, "ne sont pas seuls", déclare Véronique Le Floch.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (ESTELLE RUIZ / HANS LUCAS)

Les agriculteurs de la Coordination rurale du Lot-et-Garonne et "d'autres groupements" envisagent un "blocus de Paris", annonce samedi 27 janvier sur franceinfo Véronique Le Floch, présidente de la Coordination rurale, après les mesures annoncées par Gabriel Attal vendredi.  "Ils ne sont pas seuls", dans le Lot-et-Garonne dans cette opération.

"L'idée a fait consensus, il y a 30 ans on a fait le blocus de Paris et on s'était dit que 30 ans après, ça serait une révolution et un anniversaire de réitérer l'opération", poursuit Véronique Le Floch. "Le Lot-et-Garonne est toujours en avance et eux sont prêts. Les tracteurs sont en train d'être rangés, les pleins vont être faits et seront prêts à partir et ailleurs en France d'autres groupements se préparent, ils seront plus petits et ils seront aussi sur le départ", précise-t-elle.

Les agriculteurs n'ont "obtenu" que des "annonces superficielles"

Si ce 'blocus de Paris" est envisagé "ce n'est pas pour embêter, c'est parce que nous souhaitons obtenir gain de cause et soyons entendus". Pour elle la levée de certains barrages "est un signe de renoncement alors que nous n'avons obtenu qu'un dixième de ce que nous pouvions espérer".

Selon Véronique Le Floch, les agriculteurs n'ont "obtenu" que des "annonces superficielles. On n'a rien pour nous rassurer, on sait que les menaces par rapport aux accords de libre-échange restent. Rien n'a a été annoncé de précis pour protéger nos exploitations par rapport aux attaques de la société et de la faune sauvage avec des espèces qui ne permettent plus une production normale, avec une destruction des cultures". Pour la présidente de la Coordination rurale, "il n'y a aucune orientation, aucune mesure visant à ramener la valeur dans nos exploitations".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.