VIDEO. En Chine, les villes fantômes sont nombreuses

Derrière la crise financière en Chine se profile l'éclatement de la bulle immobilière. En témoigne le projet fou de Jing-Jin-Ji, un ensemble urbain entre Pékin et Tianjin qui se révèle un fiasco complet.

FRANCE 2

Derrière la crise financière qui fait actuellement rage en Chine, il y a l'éclatement de la bulle immobilière dans ce pays. Aujourd'hui, 20% des immeubles seraient vides. Le pays compte même plusieurs cités fantômes.

Jing-Jin-Ji, un programme de villes nouvelles basées entre Pékin et Tianjin, a vu le jour, mais ne trouve pas preneur. Le but était de créer une mégalopole pour soulager Pékin de sa pollution et de ses embouteillages, diminuer le temps de trajet des habitants et freiner la hausse des prix de l'immobilier.

Sans infrastructures, impossible d'attirer des habitants

Mais aujourd'hui, les avenues sont quasi désertes et moins de 30% des habitations sont occupées – et encore, de façon occasionnelle. "Ici, ça manque de services, d'hôpitaux, d'écoles. C'est un cercle vicieux. Tant qu'il n'y a pas assez d'habitants, on ne va pas faire ces investissements", déplore un habitant, au micro de France 2.

Les temps sont durs pour les commerçants installés dans ces villes fantômes : "La plupart des clients sont des gens de passage. On ne gagne vraiment pas grand-chose", déplore la vendeuse d'un magasin.

Le JT
Les autres sujets du JT