Cet article date de plus de trois ans.

Mine d'or en Guyane : un conflit entre développement économique et environnement

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
Mine d'o Mine d'or en Guyane : un conflit entre développement économique et environnement r en Guyane : un conflit entre développement économique et environnement
France 3
Article rédigé par
France Télévisions

Lors de sa conférence de presse en Guyane ce vendredi 27 octobre, Emmanuel Macron s'est dit favorable à l'ouverture, en pleine forêt amazonienne, de la plus grande mine d'or française. Les écologistes montent au créneau.

C'est l'histoire d'un conflit entre deux réalités, deux perceptions de l'avenir de la Guyane. D'un côté, il y a la forêt amazonienne, l'un des poumons de la planète. De l'autre, une économie défaillante avec un chômage à 20%. Un conflit entre développement et environnement. Au milieu, il y a ces baraquements, futures installations de la plus grande mine d'or française, qui créerait des centaines d'emplois. C'est l'argument-massue de la compagnie minière.

Une catastrophe environnementale

"On prévoit de créer 750 emplois directs et pendant la phase de construction, on devrait être jusqu'à 900 personnes", explique un responsable de la compagnie. L'homme représente un consortium international : 55% russe, 45% canadien. À Saint-Laurent-du-Maroni, ville la plus proche de la future mine, ville très touchée par le chômage, le projet attire la convoitise. Les habitants de la forêt, eux, expriment leurs doutes. "On a des animaux et des criques qui vont mourir", s'inquiète un jeune homme. Depuis Cayenne, les écologistes annoncent eux une catastrophe environnementale. "C'est des milliers de tonnes de cyanure, de plomb, d'acide chlorhydrique qui seront injectés dans la terre. Un mélange toxique qui va nous rester sur les bras une fois qu'ils auront pris leur or", assure Harry Hodebourg, porte-parole du collectif "Or de question".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise en Guyane

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.