DIRECT. Crise en Guyane : le gouvernement annonce une enveloppe d'"un milliard d'euros" pour régler le conflit social

Jeudi, la ministre Ericka Bareigts avait présenté ses excuses au nom du gouvernement.

Des manifestants protestent près de l\'aéroport de Cayenne, le 29 mars 2017, en Guyane. 
Des manifestants protestent près de l'aéroport de Cayenne, le 29 mars 2017, en Guyane.  (JODY AMIET / AFP)
Ce qu'il faut savoir

S'approche-t-on de la fin du conflit social en Guyane ? Si les "excuses" présentées, deux jours plus tôt, par la ministre des Outre-Mer, Ericka Bareigts, ont radicalement changé la donne des négociations, il pourrait en être autant des annonces du gouvernement délivrées samedi 1er avril. La ministre des Outre-Mer et le ministre de l'Intérieur, Matthias Fekl, ont annoncé une enveloppe d'"un milliard d'euros d'engagements" pour trouver une solution à la crise sociale.

Des annonces concrètes. En plus de l'enveloppe, les ministres ont également annoncé des renforts de gendarmes et de policiers en 2017, ainsi que des aides pour l'hôpital de Cayenne, liste la 1ère sur son compte Twitter. Plusieurs millions d'euros devraient être alloués à l'éducation, et notamment à la construction d'établissements scolaires. 

Des mesures déjà actées. L'exécutif a déjà validé un certain nombre de décisions, telle la création d'un Tribunal de grande instance et d'un centre pénitentiaire à Saint-Laurent du Maroni, la deuxième ville du territoire. La fidélisation d'un escadron de gendarmes mobiles à Cayenne, et une aide de fonctionnement exceptionnelle de 20 millions d'euros pour l'hôpital de Cayenne ont également été actées.

Vols annulés. Les compagnies aériennes Air France et Air Caraïbes n'assureront pas leurs vols entre Paris-Orly et Cayenne samedi et dimanche, en raison du conflit social en Guyane.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #GUYANE

22h27 : À la frontière entre la Guyane française et le Brésil, les envoyés spéciaux de France 3 sont allés se rendre compte de la réalité du quotidien des Guyanais, qui réclament notamment plus de sécurité.





(FRANCE 3)

19h07 : @anonyme Je vous invite à consulter ce papier de nos confrères de La 1ère, qui compile les réactions des leaders syndicaux et des manifestants de la rue. Je vous livre ici un extrait de celle du patron du Medef guyanais : "Je n'ai pas entendu d'annonces sur le développement à long terme de la Guyane. Presque tout est tout est ciblé sur les 5 prochaines années."

19h06 : Bonsoir,quels sont les réactions des Guyanais concernant l'annonce d'une enveloppe d'un milliard d'euros ?

18h32 : "Il y a de nombreux points de revendications dont on n'a pas entendu parler : la cité judiciaire, le contrôle des fleuves 24h/24, la fermeture des portes d'entrées en Guyane..."

Guyane 1ère a recueilli les réactions des acteurs du mouvement de grève en Guyane, et leur réaction est plutôt mitigée. "On sera sûrement plus proches de 700 millions d'euros que du miliiard. Nous voulions 4 milliards d'euros", abonde un économiste.

18h13 : Une manifestation d'agriculteurs dans les rues de Cayenne avait été stoppée par la police, mais les fameux 500 Frères viennent de les aider à forcer le passage pour se rendre sous les fenêtres de la préfecture.

18h14 : Et pendant ce temps, en Guyane, un journaliste indique que Matthias Fekl va quitter les lieux, laissant sa collègue Ericka Bareigts finaliser les discussions.

17h50 : Et pendant ce temps à Paris, une manifestation de soutien aux grévistes guyanais se déroule devant les Invalides.

17h17 : Le total des mesures dépasse légèrement le milliard d'euros, soit quatre fois moins que ce qu'avait annoncé le journal Les Echos mercredi (ce qui avait immédiatement démenti par Matignon). "Les ministres ne sont partis avec aucune enveloppe prédéterminée. On ne travaille pas comme ça."

17h09 : Nos collègues de Guyane 1ère ont listé toutes les annonces du gouvernement pour mettre fin au blocage de la Guyane.

16h59 : "Nous savons que la crise est profonde et touche tout un territoire", affirme le ministre de l'Intérieur Matthias Fekl devant la délégation reçue à la préfecture de région à Cayenne. Il y a un "besoin de réponses immédiates, mais aussi d'un travail au long cours", a-t-il poursuivi. Il a précisé que les engagements touchaient la sécurité, la justice, l'éducation ou la santé. Le total a été chiffré à 1,085 milliard d'euros par Ericka Bareigts.

16h45 : Les ministres proposent une série de mesures, financées par une enveloppe d'un milliard d'euros.

16h32 : Les deux ministres dépêchés en Guyane sont en train de faire une série d'annonces pour tenter de débloquer la région. Guyane 1ère propose de suivre en vidéo les annonces.

15h56 : La rencontre entre les collectifs de grévistes et les ministres de l'Intérieur et des Outre-mer n'a toujours pas débuté. Comme jeudi, les deux parties peinent à se mettre d'accord sur la présence ou non des médias dans la salle.

15h05 : Les ministres de l'Intérieur et des Outre-mer arrivent à la rencontre des leaders du mouvement social qui secoue le département depuis bientôt deux semaines.

14h59 : Le ministre de l'Intérieur, Matthias Fekl, et la ministre des Outre-mer, Ericka Bareigts, sont eux attendus dans les prochaines secondes à la préfecture de Cayenne, pour présenter leurs propositions aux collectifs de grévistes. Suivez cette rencontre en direct dans le Facebook Live de Guyane 1ère.

14h45 : L'exécutif a déjà validé un certain nombre de décisions, telle la création d'un Tribunal de grande instance et d'un centre pénitentiaire à Saint-Laurent du Maroni, la deuxième ville du territoire. La fidélisation d'un escadron de gendarmes mobiles à Cayenne et une aide de fonctionnement exceptionnelle de 20 millions d'euros pour l'hôpital de Cayenne ont également été actées.

14h47 : Alors que le cahier de revendications comprend plus de 400 pages remises par une cinquantaine de membres des collectifs appuyés par des élus, les "annonces" seront "nombreuses", selon l'entourage des ministres Matthias Fekl et Ericka Bareigts.

14h55 : Selon l'envoyée spéciale de France 2 à Cayenne, les ministres de l'Intérieur et des Outre-mer doivent rencontrer des représentants des collectifs dans les minutes qui viennent. Les propositions du gouvernement pour une sortie de crise seront ensuite dévoilées vers 17 heures (heure de Paris).




14h29 : Selon nos collègues de La 1ère, la manifestation parisienne en soutien aux grévistes guyanais a rassemblé près de 500 personnes.

13h07 : Alors que le gouvernement doit présenter ses propositions de sortie de crise cet après-midi, une centaine de personnes est rassemblée à Paris pour afficher son soutien au mouvement social dans le département. Une journaliste de LCI est sur place.

10h35 : "Les braquages sont nettement moins fréquents depuis une dizaine de jours."


C'est une conséquence inattendue du mouvement social : les autorités observent "une diminution des faits de délinquance". Selon le parquet, "c'est probablement parce que les délinquants seraient empêchés de fuir à cause des barrages bloquant les quelques artères stratégiques".