Cet article date de plus de sept ans.

Vidéo "C'est terrible d'être des pions" : le choc et l'émotion des salariés de Gad licenciés

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
ROMUALD BONNANT et MICHEL HIVERT - FRANEC 2
Article rédigé par
France Télévisions

Les 750 salariés de l'abattoir Gad SAS à Josselin (Morbihan) ont été convoqués, la peur au ventre, vendredi 17 octobre au matin, par leur direction. Parmi eux, 255 ont été licenciés.

Les 750 salariés de l'abattoir Gad SAS à Josselin (Morbihan), après des mois de crise et d'incertitude, ont appris, vendredi 17 octobre au matin, qui étaient les 255 personnes licenciées parmi euxLes salariés licenciés n'ont eu que quelques minutes d'entretien, juste le temps de recevoir leur lettre de licenciement.

"C'est atroce"

Par groupes, selon un ordre alphabétique dressé par la direction de Gad, les salariés entrent et ressortent. Ceux qui perdent leur emploi sont abattus. "Je m'y attendais", dit l'un d'eux face à la caméra de France 2, "mais il y a quand même le choc" ajoute-t-il. "Non repris ! Voilà, au revoir !", dit un autre qui a l'impression d'être jeté. "C'est atroce", s'exclame un troisième.

"Je perds des collègues"

La tristesse et les larmes sont visibles sur beaucoup de visages : "Je suis heureuse, mais je suis malheureuse pour les autres, je perds des collègues", dit une femme qui, elle, a gardé son travail. "C'est terrible d'être des pions", ajoute-t-elle. Le tribunal de commerce de Rennes a validé, jeudi, le plan de reprise de l'abattoir par la SVA Jean Rozé (groupe Intermarché), 530 emplois étant sauvegardés sur 755. Le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) de Gad SAS doit encore être validé par la direction du travail.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.