Crise de l'énergie : "L'Europe est le meilleur bouclier", notamment avec des achats groupés de gaz, estime un eurodéputé MoDem

Christophe Grudler, député européen au sein du groupe Renew Europe, appelle les pays de l'UE à s'unir, notamment en achetant ensemble du gaz "pour faire baisser les prix sur le marché mondial".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Selon le Médiateur de l'énergie, les prix du gaz sont au plus haut en France. (THOMAS JOUHANNAUD / MAXPPP)

"L'Europe est le meilleur bouclier" face à la hausse des prix de l'énergie, estime sur franceinfo Christophe Grudler, député européen MoDem au sein du groupe Renew Europe. La Commission européenne a présenté mercredi 13 octobre une "boîte à outils", une série de mesures que les États membres peuvent prendre pour faire face à la hausse des prix de l'énergie, sans contrevenir aux règles européennes sur la concurrence ou les aides d'État. Il s'agit de bons d'achat (à l'image du chèque énergie en France), de reports de paiement des factures, de baisse de taxes, tout cela à condition d'être ciblé sur les ménages et entreprises les plus vulnérables.

Celui qui est aussi vice-coordinateur de la commission de l'Industrie, de la Recherche et de l'Énergie évoque l'idée que plusieurs États membres achètent des stocks de gaz en commun. "Une façon de faire baisser les prix sur le marché mondial, et puis d'avoir des stocks au profit de tout le monde", analyse Christophe Grudler. L'eurodéputé espère que cette option sera adoptée par les 27, lors du prochain Conseil européen, réunissant les chefs d'Etat et de gouvernement des pays de l'UE, les 21 et 22 octobre. "On a la chance d'avoir en France des stocks de gaz assez importants, mais l'Allemagne n'a presque plus rien, les Pays-Bas et l'Espagne non plus. Parce qu'ils se sont déjà servis dans leurs réserves de l'hiver, en raison de l'augmentation des prix [sur les marchés] depuis un mois", précise Christophe Grudler.

Plus d'énergies renouvelables européennes pour "ne plus dépendre des autres"

L'eurodéputé MoDem, membre du groupe Renew Europe, répond aux critiques émises par Viktor Orban. Le Premier ministre hongrois a reproché à la Commission européenne d'être en partie responsable de la hausse des prix de l'énergie. Il accuse particulièrement le Pacte vert de l'UE, qui vise à réduire de 55% ses émissions de CO2 d'ici 2030. Au contraire, le Pacte vert vise à "nous libérer de la dépendance à l'égard des énergies fossiles", en grande majorité importée dans le cas du pétrole et du gaz, rappelle Christophe Grudler. "Tout cela vient de l'extérieur et nous impose ses prix. Si on développe nos énergies renouvelables dans l'Union européenne, on ne dépend plus des autres", résume-t-il, ajoutant que "c'est toujours très curieux en Europe de voir les gens qui se plaignent, qui veulent leur propre souveraineté, pour mieux dépendre des autres."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.