Crise à Mayotte : Annick Girardin "n'a pas compris ce qui se passe et ce qu'attendent les Mahorais"

Younous Omarjee, député européen de la France insoumise, a expliqué, mardi sur franceinfo, que la ministre des Outre-mer Annick Girardin, en visite à Mayotte, a fait des propositions qui sont insuffisantes pour sortir de la crise.

La ministre française de l\'Outre-mer, Annick Girardin, avec des manifestants après son arrivée le 12 mars 2018 sur l\'île de Petite-Terre dans l\'océan Indien, territoire français de Mayotte.
La ministre française de l'Outre-mer, Annick Girardin, avec des manifestants après son arrivée le 12 mars 2018 sur l'île de Petite-Terre dans l'océan Indien, territoire français de Mayotte. (ORNELLA LAMBERTI / AFP)

Arrivée d'escadrons, création d'un état-major de lutte contre l'immigration : alors qu'Annick Girardin entame son deuxième jour de visite dans une île de Mayotte en crise, l'eurodéputé France insoumise Younous Omarjee juge, mardi 13 mars sur franceinfo, "très insuffisant" les annonces de la ministre des Outre-mer "et tout le monde reste sur sa faim".

Annick Girardin "n'a pas compris ce qui se passe actuellement à Mayotte, a estimé Younous Omarjee. "Elle n'a pas compris ce qu'attendent les Mahorais", a poursuivi l'élu, alors que le 101e département français est paralysé par une grève générale contre l'insécurité depuis plus de trois semaines.

La ministre des Outre-mer veut diviser le front unitaire des Mahorais et engager des discussions séparées avec les uns et les autres. Ce n'est pas une bonne méthodeYounous Ormarjee
eurodéputé France insoumise
à franceinfo

Les Mahorais attendent des négociations "non pas sur des solutions toutes faites qui ont été pensées à Paris, concernant la sécurité, mais sur l'ensemble des revendications des Mahorais qui font l'objet d'un accord des élus de l'intersyndicale des mouvements des citoyens", a expliqué Younous Omarjee. Le député de la France insoumise a dénoncé une "situation sociale désastreuse, des services publics indigents à Mayotte". "Mayotte est, avec une région bulgare, la plus pauvre de l'Union européenne, poursuit-elle. La France n'est pas à la hauteur concernant Mayotte."

Younous Omarjee a conseillé au gouvernement de ne "pas attendre la survenance de drames pour commencer à agir. Nous sommes sur une voie très dangereuse". Il s'est dit "très choqué" d'avoir entendu Annick Girardin dire : "J'arrive avec une main tendue et cette main restera tendue tant que cela sera possible. Je lui demande d'expliciter. Qu'est-ce que cela veut dire tant que cela sera possible ? L'État a des devoirs." Il faut que le gouvernement "regarde de près les propositions faites par les Mahorais", a conclu l'eurodéputé.