Consommation : les nouveaux épiciers en ligne arrivent sur le marché français

Pour l'instant leur nom ne dit pas grand chose au consommateur français mais de nombreuses start-up veulent conquérir le marché français.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Cajoo est une start-up qui promet la livraison des courses en une dizaine de minutes à Paris, fevrier 2021. (RICCARDO MILANI / HANS LUCAS)

C'est toujours à l'heure de l'apéro qu'il manque quelque chose ou devant la télévision quand le match commence. C'est à ce moment que les nouveaux épiciers en ligne entrent en jeu. Cajoo, Dija, Everli, Ocado ou bientôt Gorillas et PicNic... Leur nom ne dit pas grand chose aux consommateurs. Pourtant ils débarquent dans une France confinée avec des idées de conquête.

Par exemple, Cajoo propose une livraison garantie en dix minutes. Seulement à Paris et pas dans tous les arrondissements, mais cela viendra et même ailleurs en France et en Europe, selon Henri Capoul, jeune cofondateur de cet épicerie en ligne lancée il y a deux mois : "On n'a aucun intermédiaire. On achète les produits, on les stocke dans des mini entrepôts qui sont au cœur des villes. On ouvre zone par zone autour de ces mini entrepôts. On a des livreurs qui sont salariés. Donc, on rend l'expérience de courses beaucoup plus fluide et aussi beaucoup plus amusante, sur tout un segment de course de dernière minute ou de dépannage sur des paniers moyens de quelques dizaines d'euros."

De nombreux concurrents sur le marché

"Je suis convaincu que c'est l'avenir de la consommation, poursuit Henri Capoul. On en reparle dans cinq ou dix ans, tout le monde aura sur son mobile une ou deux applications pour aller faire ses courses." Mais le nouvel épicier français n'est pas seul sur le marché. Il y a l'Italien Everli qui n'a pas d'entrepôt mais des produits piochés chez les distributeurs existants. Autres concurrents, l'Allemand Gorillas qui est seulement implanté dans les grandes villes, ou encore le phénomène néerlandais PicNic qui va arriver dans le nord de la France. Ce dernier a plus de produits que les autres et des prix serrés.

Le point commun de ces start-up : de grosses levées de fonds, une technologie de pointe pour des livraisons plus vertes et une relation client soignée. "Ce n'est pas simplement les bons produits au bon prix, expliqueLaurentThoumine, expert de la grande distribution en Europe pour le cabinetAccenture.

Pour les consommateurs, il y a une énorme fiabilité dans les créneaux de livraison. Ça n'est plus ces créneaux de livraison entre 14 heures et 18 heures.

Laurent Thoumine, expert pour le cabinet Accenture

à franceinfo

"C'est simple aussi parce que vous avez moins de références dans ce qui est proposé. Avec 7 000 références c'est beaucoup moins que la plupart des supermarchés qui ont pignon sur rue", ajoute Laurent Thoumine.

Autre avantage selon Laurent Thoumine, "la capacité à prendre soin de son personnel. Que ces personnes qui représentent les derniers kilomètres soient des personnes qui représentent votre marque et non des livreurs lambda. Ces start-up l'ont compris." Message reçu également du côté de la grande distribution. Elle a commencé à s'associer avec ces nouveaux arrivants.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.