Cet article date de plus de quatre ans.

Sarthe : Une cagnotte en ligne pour sauver la boulangerie de Roézé-sur-Sarthe

La boulangerie de la commune est en redressement judiciaire, les propriétaires estiment les dettes à 100 000 euros.

Article rédigé par
avec France Bleu Maine - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (BORIS HALLIER / FRANCE-BLEU MAINE)

À Roézé-sur-Sarthe, petite commune de 2 600 habitants, la boulangerie est menacée de disparition. Elle a été placée en redressement judiciaire en juillet 2018. Pour venir en aide au couple de propriétaires et sauver le commerce de proximité, un collectif a lancé une cagnotte sur internet, rapporte France Bleu Maine.

Plus que les quelque 2 000 euros récoltés pour le moment sur les 20 000 espérés, ce sont les mots d'encouragement qui réjouissent Christine et Thierry, les deux boulangers installés depuis 12 ans dans la petite ville sarthoise. Si les affaires allaient plutôt bien jusque-là, des travaux récents ont mis en difficulté leur commerce. "La rue de la mairie, une fois qu'elle a été barrée, il n'y a plus eu de rue du tout, regrette Thierry au micro de France Bleu Maine. Il n'y a plus de passage, les gens vont ailleurs. C'est un enchaînement d'évènements qui fait que nous aussi, on est dans le déclin."

C'est touchant, on voit bien que la population nous soutient. Un bourg sans boulanger, c'est une ville morte.

Christine, la boulangère

à France Bleu Maine

Aujourd'hui, le couple évalue les dettes à plus de 100 000 euros. Évidemment, la cagnotte ne réglera pas la situation. Mais c'est un bon début selon Olivier, l'un des habitants à l'origine de la cagnotte participative. "L'objectif, c'est de redonner de la trésorerie et un bol d'air dans la gestion de l'entreprise. On le voit bien aujourd'hui, on a plus de 50 dons. On a répondu à une certaine attente." La cagnotte se clôt en février.

Une cagnotte pour sauver la boulangerie - Reportage de Boris Hallier
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Commerce

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.