Pourquoi les commerçants ont-ils recours au "marketing olfactif" ?

Au sujet du "marketing olfactif", tout a commencé avec les commerçants qui, avec notre odorat, cherchent à nous attirer ou à nous retenir. Les explications de Simon Ricottier.

Voir la vidéo
france 2

Des boutiques, des banques, des musées, des pharmacies. Des entreprises de ces secteurs ont recours à ce que l'on appelle le "marketing olfactif". Et Simon Ricottier d'expliquer : "Le commerçant diffuse un parfum, l'idée c'est que les clients se sentent comme à la maison et restent plus longtemps. Et ça marche : dans ce magasin de prêt-à-porter, chaque visite dure désormais 5 minutes en moyenne, contre 3 auparavant. De manière générale la fréquentation augmente de 25%, et cela permet aux commerçants de se démarquer de la concurrence."

De 2 000 à 5 000 euros pour un parfum sur mesure

Mais quel coût cela a-t-il pour le commerçant ? Dans le cas de ce magasin de prêt-à-porter, il faut compter "40 euros par mois pour la location de la machine qui diffuse l'odeur, poursuit Simon Ricottier, et de 2 000 à 5 000 euros pour la création du parfum sur mesure."

Mais que se passe-t-il dans notre cerveau quand une odeur nous plaît ? "L'odorat, c'est le sens qui fait le plus appel à notre cerveau reptilien, instinctif, explique le journaliste. Chaque odeur nous rappelle un souvenir précis et déclenche une émotion. (...) Certaines entreprises se servent aussi des parfums pour rassurer leurs clients".

Le JT
Les autres sujets du JT
Des visiteurs observent \"Vortex Eau de Parfum\", une oeuvre de l\'artiste Jim Lampie exposée à la Frieze Art Fair de New York, le 5 mai 2012.
Des visiteurs observent "Vortex Eau de Parfum", une oeuvre de l'artiste Jim Lampie exposée à la Frieze Art Fair de New York, le 5 mai 2012. (KEITH BEDFORD / REUTERS)