Cet article date de plus d'un an.

Paris : les Champs-Elysées retrouvent leur fréquentation d'avant Covid-19

Avec une hausse de 15% sur les 12 derniers mois, chaque enseigne de la célèbre avenue parisienne a vu passer en moyenne chaque mois plus d’un million de personnes devant sa porte, selon une étude.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
A Paris, la célèbre avenue des Champs-Elysées a retrouvé sa fréquentation d'avant le Covid-19. (LUDOVIC MARIN / AFP)

L'avenue des Champs-Elysées à Paris a retrouvé sa fréquentation d'avant la crise du Covid-19, selon les derniers chiffres publiés ce mercredi par Mytraffic, spécialiste de l’analyse de flux et Cushman & Wakefield, agence immobilière pour entreprises.

>> Economie : le nombre de faillites d'entreprises est au plus haut depuis 2016

Mytraffic mesure la fréquentation piétonne mensuelle des sept artères les plus emblématiques d’Europe, à Londres, Berlin, Madrid, Milan, Anvers, Amsterdam et Paris. Selon la dernière analyse nommée "Le match des artères européennes", l’avenue parisienne a vu sa fréquentation grimper de 15% sur les douze derniers mois de mai 2022 à juin 2023 par rapport à la période précédente. C'est la troisième hausse la plus importante derrière Gran via à Madrid et Kalverstraat à Amsterdam qui ont vu leur fréquentation augmenter respectivement de 26 % et de 30 %. Les Champs-Elysées enregistrent même une hausse de 131% par rapport à la période après le confinement de mai 2020 à juin 2021.

Des loyers en hausse

Chaque enseigne de la célèbre avenue parisienne a vu passer en moyenne chaque mois plus d’un million de personnes devant sa porte, soit précisément 1 009 000. "Il s’agit d’une moyenne, calculée à partir de 10 points de chaque rue répartis de manière homogène des deux côtés de la rue", précise Mytraffic. Les Champs-Elysées se situent une nouvelle fois en troisième position derrière Oxford Street à Londres avec 1 014 000 personnes et Gran Via à Madrid qui a vu sa fréquentation passer à 1 923 000 piétons en moyenne par mois.

Par ailleurs, l’approche de Paris 2024 fait grimper le prix des loyers des commerces sur les Champs-Élysées. Les loyers des boutiques éphémères, pour l’année 2024, dépassent ceux des baux traditionnels. "Habituellement, le principe du magasin temporaire est de signer un bail précaire, dont le loyer est moins élevé qu’un bail traditionnel", explique Cushman & Wakefield. Le groupe Adidas vient d’annoncer avoir signé un bail de 7 ans pour s’installer dans la Galerie des Champs-Élysées.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.