Permanences attaquées : la colère des élus

De nouvelles dégradations contre des locaux d'élus de la majorité ont été constatées jeudi 8 août. En quinze jours, plus d'une vingtaine de locaux ont été ciblés. Fait-on face à une violence inédite ?

FRANCE 2

Dans le Poitou, comme en Normandie, de nouvelles permanences d'élus ont été attaquées. Six nouvelles ce jeudi 8 août. Au début qui quinquennat, elles étaient anecdotiques, mais en décembre 2018 et en janvier 2019, leur nombre a explosé. La plupart contre des élus de la majorité. Des pics de violences liés d'abord aux manifestations des "gilets jaunes" et désormais à la signature du Ceta rejeté par les agriculteurs. La députée LREM de Haute-Garonne, Corinne Vignon, a été prise pour cible quatre fois en un an : "Il y a une sorte d'escalade et plus ça va, plus les gens se radicalisent. Leur discours est très extrémiste", dénonce-t-elle.

95 permanences visées

Depuis le début du quinquennat, 95 permanences de La République en marche ont été visées. Jusqu'ici, les agriculteurs s'en prenaient aux préfectures, mais s'en prendre personnellement aux députés est quelque chose de nouveau. Des attaques personnelles que craignent les députés de la majorité. Nombreux sont ceux à installer des dispositifs de sécurité dans leur permanence.

Le JT
Les autres sujets du JT
Corinne Vignon, le 12 mai 2017 à Toulouse
Corinne Vignon, le 12 mai 2017 à Toulouse (PASCAL PAVANI / AFP)