Dégradations de permanences d'élus LREM : "Il n'y a pas eu une vitre cassée dans les actions agricoles", affirme la FNSEA

"Les agriculteurs ne digèrent pas cet accord du Ceta", affirme la présidente du syndicat agricole.

La permanence de Jacques Savatier, député LREM de la Vienne a été retrouvée murée à Poitiers, par des parpaings jeudi 8 août 2019. L\'action a été revendiquée par les Jeunes agriculteurs et la FNSEA.
La permanence de Jacques Savatier, député LREM de la Vienne a été retrouvée murée à Poitiers, par des parpaings jeudi 8 août 2019. L'action a été revendiquée par les Jeunes agriculteurs et la FNSEA. (XAVIER BENOIT / MAXPPP)

Plusieurs locaux de députés de la majorité ont été vandalisés ces dernières semaines. Certaines actions ont été revendiquées par les "gilets jaunes", d'autres ont été menées par les agriculteurs, pour protester contre la ratification du Ceta, l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada. "Il n'y a pas eu une vitre cassée, pas une porte fracturée dans les actions agricoles" contre des permanences d'élus La République en marche, a assuré vendredi 9 août sur franceinfo Christiane Lambert, présidente de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA).

Les agriculteurs ne digèrent pas cet accord du Ceta.Christiane Lambertà franceinfo

Elle estime qu'il faut "[faire] la part des choses" entre les différentes actions menées. "Quand il y a de la paille, du fumier, des bâches avec des tags et même parfois les drapeaux FNSEA et JA, ce sont des actions de protestation des agriculteurs", reconnaît-elle. Christiane Lambert affirme cependant que, dans certains cas, "c'est autant une querelle politique ou des vengeances locales qu'une action purement agricole".