Carrefour : assemblée générale houleuse

L'assemblée générale du groupe Carrefour a été très mouvementée vendredi 15 juin. Les dirigeants ont été pris à partie. En cause : les indemnités de départ de l'ancien PDG du groupe, alors que la fermeture de 243 magasins a été annoncée il y a quelques semaines.

FRANCE 3

Des dizaines de salariés de Carrefour ont fait le déplacement à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) pour exprimer leur mécontentement vendredi 15 juin, lors de l'assemblée générale du groupe Carrefour. Un cordon de gardes mobiles les empêche d'accéder à la salle où se trouvent les actionnaires du groupe. Alors que des milliers d'emplois sont menacés, l'ancien PDG, Georges Plassat a touché 13 millions d'euros l'année de son départ, dont quatre millions de primes de départ. En plus il touchera une retraite à hauteur de 500 000 euros par an.

Des sifflets dans la salle

La pilule passe mal pour Frédéric Gérard, caissier, qui a 21 ans d'ancienneté. "Ce n'est pas même pas ce que je gagnerais dans toute ma vie de salarié", lâche-t-il. Pour la plupart des petits actionnaires invités à cette assemblée générale, ces sommes mirobolantes sont aussi honteuses. À l'intérieur, quelques militants de la CFDT ont réussi à se faire inviter. Ils n'ont pas manqué de siffler lorsque les rémunérations des différents cadres ont été énoncées. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Georges Plassat, alors PDG du groupe Carrefour, lors d\'une conférence à Paris le 30 juin 2016.
Georges Plassat, alors PDG du groupe Carrefour, lors d'une conférence à Paris le 30 juin 2016. (ERIC PIERMONT / AFP)