Alimentation à crédit dans des supermarchés : "Ce système peut aggraver le mal-endettement"

Serge Maitre, président de l'Association française des usagers des banques (AFUB), a expliqué, lundi sur franceinfo, que le système de paiement différé mis en place par le groupe Casino pour ses clients aux fins de mois difficiles "paraît séduisant", mais qu'il est "trompeur".

Un client d\'un supermarché à Rennes (Ille-et-Vilaine), le 5 septembre 2008. (Photo d\'illustration)
Un client d'un supermarché à Rennes (Ille-et-Vilaine), le 5 septembre 2008. (Photo d'illustration) (MARCEL MOCHET / AFP)

Depuis lundi 30 avril, le groupe Casino propose dans ses magasins un système de paiement différé pour ses clients aux fins de mois difficiles. Le principe n'est pas nouveau, mais cette offre cible cette fois uniquement l'alimentation et se veut très accessible, dès 20 euros d'achats. Les clients peuvent désormais régler leurs courses plus tard, ou en quatre fois à partir de 50 euros. Serge Maitre, président de l'Association française des usagers des banques (AFUB), était l'invité de franceinfo lundi. D'après lui, cette initiative met un coup de projecteur sur une difficulté réelle, "l'insuffisance de ressources de nombreuses personnes qui sont vulnérables".

franceinfo : D'après vous, s'agit-il d'une innovation ou d'une incitation à la surconsommation ?

Serge Maitre : Tout d'abord, ça paraît séduisant. On se dit que ça va faciliter la vie de ceux qui en ont besoin. C'est trompeur. Payer ses courses, ce n'est pas comme acheter un équipement électroménager à crédit. Cet équipement, c'est un confort, une nécessité ponctuelle. L'alimentation, c'est un besoin quotidien. Or, si on reporte le règlement à 30 jours, lorsqu'il faudra payer, il faudrait non seulement régler ce qu'on a différé, mais aussi la nourriture du jour. Ça ne fait que reporter et amplifier le problème. Ce système peut être très toxique, il peut aggraver le mal-endettement.

Que pensez-vous du dispositif en lui-même ?

Casino devrait aller au bout de sa démarche et proposer une carte bancaire à débit différé. Ce dispositif s'adresse aux populations qui n'ont que des cartes bancaires à débit immédiat dans la limite du solde disponible. Permettre aux clients de payer plus tard, ça revient pratiquement à reconstituer un débit différé.

Cette initiative ne peut-elle pas aider celles et ceux qui ont des fins de mois difficiles ?

Ce que l'on peut surtout relever, c'est qu'elle met le projecteur sur une difficulté réelle : l'insuffisance des ressources de nombreuses personnes qui sont vulnérables. Des personnes qui n'arrivent pas à se payer la nourriture nécessaire. Certains, à partir du 20 du mois, se demandent comment ils vont manger. D'ailleurs, ils sont dans les files des Restos du cœur et autres soupes populaires. Concrètement, c'est là que se trouve le problème.