Cet article date de plus de sept ans.

Chômage : légère remontée en février

Le nombre de demandeurs d'emplois de catégorie A est légèrement reparti à la hausse au mois de février avec une hausse de 0,4%, soir 12.800 personnes de plus avec 3,49 millions de chômeurs sans activité. La baisse observée en janvier permet toutefois au gouvernement de souligner que la tendance reste positive sur les deux premiers mois de 2015.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Le chômage remonte de 0,4% en février © Maxppp)

Après une baisse de 0,5 % en janvier, le chômage repart à la hausse, avec plus 0,4  % d'inscrits à pôle emploi dans la catégorie de référence soit 12.800 chômeurs de plus. Et au total, toutes catégories confondues on recense en France 5.262.500 chômeurs.

Espoir déçu du gouvernement

Le gouvernement tablait ou en tout cas espérait que l'embellie du mois de janvier se confirmerait en février. Finalement, ça n'est donc pas le cas, le nombre de chômeurs augmente à nouveau: 12.800 inscrits supplémentaires dans la catégorie de référence. 

Ceci précisé, le gouvernement tient à voir le verre à moitié plein plutôt qu'à moitié vide. Dans son communiqué, le ministère du Travail, considère que la hausse du nombre de demandeurs d'emploi en février n'a pas totalement effacé la baisse de janvier. Et, au final, sur les deux premiers mois de l'année le chômage est en très léger repli. Une première depuis 2008 mais aussi la preuve que les réformes engagées à commencer par le pacte de responsabilité, commencent à porter leurs fruits. Le Premier ministre veut quant à lui voir des signes encourageants dans ces chiffres, affirmant que "2015 sera l'année du retour de la croissance ".

Manuel Valls : "Nous allons poursuivre ce travail"
écouter

Pas de baisse nette

 Il est vrai que sur, le front de l'emploi, la situation s'améliore ( -0,3 % ) mais dans le détail, on est visiblement encore loin, d'une baisse nette du chômage. Il continue même d'augmenter pour les seniors (+0,7) pour ceux qui ont un petit "boulot." Forte  hausse également - plus 1,3% - du chômage de très longue durée (plus de 3 ans) or, c'est bien connu, plus un chômeur reste longtemps sans emploi, plus il lui est difficile de retrouver un travail.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Éco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.