Taxe d'habitation : taxer les 20% les plus riches est-il vraiment un signe de justice sociale ?

Le gouvernement pourrait maintenir cet impôt afin de contenter les maires, à défaut de vraiment en faire un signe de justice sociale.

Maintenir la taxe d'habitation pour les 20% les plus riches des ménages français serait un vrai changement de pied de la part du gouvernement. "Politiquement, enterrer une promesse vieille d'à peine un an, faite par Emmanuel Macron président, ça pourrait déplaire à l'opinion. Mais d'un autre côté, ça pourrait faire plaisir aux maires, qui s'inquiètent de leur autonomie financière", rappelle la journaliste de France 2, Alexandra Bensaid.

Près de 6 millions de foyers fiscaux concernés

"Revenir sur l'exonération de taxe d'habitation pour les 20% restants, c'est récupérer sept milliards. Donc à Bercy, on sècherait assez rapidement les larmes", précise-t-elle. Serait-ce pour autant un geste de justice sociale ? "Pas vraiment. Dans ces 20%, il y a des célibataires avec un salaire mensuel de 2 500 euros. Il y a près de six millions de personnes, qui ne sont pas toutes riches. On n'est pas en train de parler aux 350 000 contribuables qui étaient assujettis à l'ISF", indique Alexandra Bensaid.

Le JT
Les autres sujets du JT
Si 24 250 communes ont conservé en 2018 le même taux d\'imposition qu\'en 2017, 5 680 l\'ont augmenté en 2018, ce qui peut expliquer la hausse de la taxe d\'habitation pour certains contribuables. 
Si 24 250 communes ont conservé en 2018 le même taux d'imposition qu'en 2017, 5 680 l'ont augmenté en 2018, ce qui peut expliquer la hausse de la taxe d'habitation pour certains contribuables.  (PHILIPPE HUGUEN / AFP)