Coupes budgétaires au ministère des sports : "La marge de manœuvre de la ministre va être très étroite"

"Ce sera très difficile pour elle, elle arrive alors que tous les arbitrages ont été rendus", a estimé vendredi l'ancien ministre des Sports Jean-François Lamour.

L\'ancien ministre des Sports, Jean-François Lamour, le 9 mai 2017.
L'ancien ministre des Sports, Jean-François Lamour, le 9 mai 2017. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

"Je pense que la marge de manœuvre [de la ministre] va être très étroite"a indiqué vendredi 21 septembre sur franceinfo, Jean-François Lamour, ancien ministre des Sports (2002-2007), conseiller Jeux olympiques de Valérie Pécresse pour l’Ile-de-France, membre Les Républicains (LR) du conseil de Paris, alors que Roxana Maracineanu a affirmé que le budget des sports allait être "préservé"

franceinfo : Préserver le budget des sports, comme le dit la ministre des sports Roxana Maracineanu, est-ce encore possible ?

Jean-François LamourCe sera très difficile pour elle, elle arrive alors que tous les arbitrages ont été rendus. Elle n'a pas eu le temps de négocier de se battre face au ministre du Budget qui doit faire des économies. Je pense que sa marge de manœuvre va être très étroite. Elle a semble-t-il compris la situation dans laquelle se trouvait son budget. Il faut maintenant essayer de lui faire confiance. Je crains que le dialogue avec Gérald Darmanin [ministre de l'Action et des Comptes publics] ne soit de courte portée. Elle obtiendra peut-être gain de cause sur une petite augmentation. Il y a aussi une discussion à l'Assemblée nationale. Les parlementaires vont peut-être essayer de l'accompagner. Au moins pour le budget 2019 celui qui va être discuté, l'affaire est entendue, alors qu'elle prend en main le chantier de la gouvernance du sport, c’est-à-dire qui va faire quoi dans les années qui viennent, notamment pour les Jeux olympiques. Ce n'est pas le travail qui manque, j'espère qu'elle va trouver des solutions.

Cela vous agace-t-il que le sport soit le premier budget où on vient raboter pour faire des économies ?

Franchement, entre vous et moi, il n'y a rien à grappiller, on parle d'une économie de 30 millions d'euros sur un budget de 480 millions d'euros l'année dernière, 450 cette année. Il y a des symboles qui ne passent pas vis-à-vis du mouvement sportif. Laura Flessel [ex-ministre des Sports] avait annoncé le changement de statut pour 1 600 postes dans son ministère, c'est le nombre de cadres techniques qui sont mis à la disposition des fédérations sportives pour organiser le sport dans notre pays et surtout le haut niveau alors qu'on est en train de préparer les Jeux Olympiques, il y a une incohérence. Le sport tient aussi grâce à l'aide de l'État, il y a des petites fédérations qui ont absolument besoin de ces cadres pour organiser le sport en France et en Outremer.

Qu'est-ce qu'il y a de plus incohérent selon vous dans les annonces du gouvernement ?

Je trouve que les annonces qui ont été faites, en particulier sur ce budget 2019, sont extrêmement brutales. Je rappelle que le président de la République, il y a un an, se réjouissait d'accueillir les JO en France. Expliquez-moi comment en six ans, on va préparer des équipes de France performantes, augmenter la pratique sportive dans notre pays, pour les jeunes et les moins jeunes, alors qu'on nous propose deux diminutions de budget pour 2018 et pour 2019.