Augmentation des frais bancaires : le client "a le pouvoir de dire non"

Les frais bancaires font partie des traditionnelles augmentations du 1er janvier 2017. Frais de tenue de compte, carte de crédit, retrait dans des banques concurrentes... Les banques se justifient par la réduction des marges. Mais le client peut dire non, a expliqué Serge Maître, président de l'Association Française des Usagers des Banques, invité de franceinfo dimanche.

Les frais bancaires augmentent aussi au 1er janvier 2017.
Les frais bancaires augmentent aussi au 1er janvier 2017. (LIONEL VADAM / MAXPPP)

A partir du 1er janvier, plusieurs banques augmentent leurs frais bancaires. Ces hausses sont souvent justifiées par les faibles taux d'intérêt, qui réduisent les marges des banques. Serge Maître, président de l'Association Française des Usagers des Banques (AFUB), a dénoncé cet argument,  sur franceinfo et a rappelé que le client "a le pouvoir de dire non" à cette augmentation des tarifs.

franceinfo : Pourquoi les banques augmentent-elles leurs tarifs ?

Serge Maître : Elles vont diront que c'est parce qu'elles ne gagnent plus assez d'argent sur les intérêts qui sont trop bas pour avoir une marge suffisante. Elles vous diront qu'elles sont obligées de respecter la réglementation et donc de faire beaucoup d'investissements informatiques. Mais quand on regarde les résultats, ils s'inscrivent en milliards d'euros de bénéfices pour les dernières années. Les banques ne sont pas autant à la peine que la plupart des Français.

Qu'est-ce qui augmente exactement ?

Les frais de tenue de compte, les retraits dans des distributeurs de banques concurrentes, les cartes bancaires à débit immédiat dans la limite du solde disponible. En revanche, les cartes de luxe baissent. Pour les frais de tenue de compte, le banquier vous dira qu'il doit gérer et surveiller le compte.

On a le sentiment d'être pris au piège parce que depuis 1977 la loi nous oblige à avoir un compte bancaire, cela ressemble à du racket. On paie en moyenne 24 euros par an de frais de tenue de compte alors qu'ils ne correspondent pas véritablement à une prestation de service spécifique.

Les clients peuvent-ils refuser la nouvelle tarification ?

La banque doit informer lorsqu'elle change sa tarification. Elle doit aussi vous rappeler que vous avez deux mois pour refuser et que si vous ne refusez pas, cela veut dire que vous acceptez. C'est une loi de 2001.

Or, si les banquiers nous informent de l'augmentation tarifaire, ils oublient de nous informer que nous avons la possibilité de refuser. Le pouvoir de dire non, c'est simplement une lettre recommandée avec accusé de réception aux responsables de l'agence bancaire.

"Les résultats s'inscrivent en milliards d'euros de bénéfices pour les dernières années" explique Serge Maître, président de l'Association Française des Usagers des Banques
--'--
--'--