Cet article date de plus de six ans.

Budget 2015 : des économies mais pas d'austérité

Le gouvernement a présenté mercredi son projet de loi de finances 2015. Il table sur une croissance de 1% l'an prochain pour un déficit de 4,3% du PIB et 21 milliards d’économies. La taxe sur le diesel va notamment augmenter de deux centimes par litre. Le gouvernement prévoit un équilibre des finances publiques en 2019. Des prévisions qui font tiquer le Haut conseil des finances publiques.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Le retour de la croissance, enfin ? © RADIOFRANCE/ Catherine Grain)

1% de croissance l'an prochain, 4,3% de déficit : voilà à quoi s'attend le gouvernement pour 2015. Le projet de loi de finances est présenté ce matin en conseil des ministres. Lors de sa présentation, le gouvernement explique : "le rythme de réduction des déficits est adapté à la situation de croissance poussive et d'inflation très faible en France et dans toute la zone euro. En conséquence, il ne sera pas demandé d'efforts supplémentaires aux Français. Car si le gouvernement assume le sérieux budgétaire pour redresser le pays, il se refuse à l'austérité" .

La rigueur oui, l'austérité non, martèle Michel Sapin, le ministre de l'Economie
écouter

Il va tout de même falloir faire des économies. 21 milliards en 2015, 50 milliards sur trois ans. Alors que la progression "spontanée" de la dépense publique est de 1,7% par an, elle sera ramenée à 0,2% grâce aux efforts de l'Etat, des collectivités locales et de la Sécurité sociale. L'Etat économisera à lui seul 7,7 milliards, au lieu de 7 milliards initialement prévus. Le poids des dépenses publiques dans le PIB devrait ainsi passer de 56,5% cette année à 56,1% en 2015.

 (© idé)

Une hausse de la taxe sur le diesel

Côté prélèvements obligatoires, la baisse est beaucoup plus limitée, à 44,6% après 44,7% cette année, malgré le geste annoncé sur le barême de l'impôt sur le revenu - la suppression de la première tranche -, qui coûtera 3,2 milliards d'euros à l'Etat. C'est dans ce contexte qu'il faut appréhender l'augmentation de 2 centimes par litres de la taxe sur le diesel, destinée à financer les "dépenses de mobilité des contrats de plan Etat régions".

Quand est-ce que ça ira mieux ? Le gouvernement table désormais sur un retour à l'équilibre en 2019, au lieu de 2017. La croissance va progressivement revenir, 1,7% en 2016, 1,9% en 2017. L'inflation va augmenter - sa faiblesse inquiétait : 0,5% en 2014, 0,9% en 2015, 1,8% en 2019. Et le déficit va lentement se combler : 4,3% l'an prochain, 3,8% en 2016, 2,8% en 2017. Et, donc, l'équilibre pour 2019.

Pas sûr que tout le monde y croie... pas le Haut conseil des finances publiques en tout cas. "La prévision de croissande de 1   % paraît optimiste. Elle suppose en effet un redémarrage rapide et durable de l’activité que n’annoncent pas les derniers indicateurs conjoncturels"

 (© idé)
 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.