BNP Paribas va supprimer 500 postes en France

A l'instar du reste du secteur bancaire européen, le groupe cherche à économiser en accélérant le transfert de certains postes à l'étranger, où les coûts salariaux sont moindres. 

Une agence BNP Paribas en Pologne, le 2 mai 2019. 
Une agence BNP Paribas en Pologne, le 2 mai 2019.  (MICHAL FLUDRA / NURPHOTO / AFP)

Le groupe bancaire BNP Paribas envisage de réduire les effectifs de sa filiale de conservation de titres en France d'ici à trois ans et "sans départs contraints", a affirmé jeudi 22 août le groupe dans un communiqué, confirmant une information du journal Le Monde

BNP Paribas Securities Services, filiale dite de conservation de titres qui comptait 2 531 salariés fin 2018 en France, prévoit "une réduction de 446 à 546 postes en trois ans, et donc une baisse d'environ 20% des effectifs", affirme le quotidien, qui s'appuie sur un document interne. Peu connue du grand public, cette branche bancaire, très gourmande en capital et en ressources informatiques, consiste à gérer les questions administratives, comptables et réglementaires liées à des transactions ou des actifs conservés pour le compte d'investisseurs professionnels.

Présente dans 36 pays, BNP Paribas est la première banque européenne. Le groupe est néanmoins soumis, à l'instar du reste du secteur bancaire européen, à une baisse de ses marges rognées par les taux bas, une concurrence exacerbée entre établissements et la volatilité des marchés nourrie par les tensions commerciales. "Depuis plusieurs années, BNP Paribas prend le parti de délocaliser des milliers d’emplois vers des pays à moindres coûts salariaux, à l’image du Portugal, de la Pologne ou de l’Inde", souligne Le Monde