Autoroutes : la hausse des tarifs des péages sera "inférieure à 3%" le 1er février 2024, promet Clément Beaune

Une hausse est appliquée chaque année pour prendre en compte plusieurs critères, dont l'inflation et les investissements. Cette année, elle a atteint 4,75% en moyenne.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Clément Beaune, ministre délégué aux Transports, après un Conseil des ministres au palais de l'Elysée, le 15 novembre 2023 à Paris. (LUDOVIC MARIN / AFP)

La hausse annuelle des péages d'autoroutes sera "inférieure à 3%" en 2024, a assuré le ministre délégué aux Transports Clément Beaune, mercredi 29 novembre sur RMC. Il s'exprimait sur fond de polémique avec les sociétés concessionnaires, car celles-ci dénoncent la création d'une nouvelle taxe sur les gestionnaires d'autoroute de l'ordre de 4,6%, prévue dans le budget 2024.

Le président de Vinci Autoroutes, Pierre Coppey, avait estimé que son groupe, "inévitablement", devrait répercuter cette taxe avec une hausse de tarifs de l'ordre de 5%. "C'est non", lui a répondu le ministre délégué. C'est l'Etat qui à la fin, prend un texte juridique qui valide cette évolution des péages". Une hausse est appliquée chaque année, le 1er février. Cette année, elle avait été de 4,75% en moyenne, en raison de la forte inflation.

"La contribution sur les sociétés d'autoroutes et sur les aéroports, plaide Clément Beaune, va permettre de financer les investissements dans les bornes électriques, le leasing social" et "l'achat de nouveaux trains". Soit au total 600 millions d'euros par an, dont trois quarts issus des sociétés d'autoroutes, pour que "les transports, dans les années qui viennent, soient plus verts et moins chers".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.