Volkswagen a-t-il tenté de faire pression sur des journaux français ?

"Le Canard enchaîné" affirme, mercredi, que la marque allemande a fait un "chantage" à la publicité dans les quotidiens et les magazines. L'agence en charge de la campagne dément.

Des journalistes patientent devant l\'entrée de l\'usine Volkswagen de Wolfsburg (Allemagne), le 25 septembre 2015.
Des journalistes patientent devant l'entrée de l'usine Volkswagen de Wolfsburg (Allemagne), le 25 septembre 2015. (OLE SPATA / DPA / AFP)

Volkswagen tente-t-il d'étouffer le scandale des tests antipollution truqués ? Le Canard enchaîné affirme, dans son édition du mercredi 30 septembre, que le constructeur allemand a tenté de "faire taire la presse française" en ayant recours à du "chantage" à la publicité. Un "marché très spécial" aurait été proposé aux quotidiens nationaux, régionaux et magazines par l'agence MediaCom, qui dément les informations du Canard.

Selon l'hebdomadaire, "plusieurs éditeurs de province ont envoyé bouler Volkswagen et MediaCom" après avoir reçu un e-mail de la régie 366, qui gère la publicité pour les titres de presse quotidienne régionale. Il y était question "d'obligation d'annuler" un "dispositif" publicitaire d'un montant de 315 000 euros en cas de publication d'articles sur l'affaire Volkswagen les "6, 8 et 10 octobre prochain".

"Il n'est pas question de chantage"

Contactée par francetv info, la régie 366 confirme l'existence de ce courriel, mais estime qu'il a été mal interprété par Le Canard"Il n'a jamais été question d'annuler dans le sens de couper les budgets, mais simplement de reporter la campagne, explique son directeur général adjoint, Bruno Ricard. Il s'agissait potentiellement d'éviter le percutage (sic) de cette campagne avec des contenus d'actualité négatifs."

S'il avait été question d'un quelconque chantage, on aurait expliqué à la marque et à son partenaire qu'on ne peut pas faire pression pour empêcher la publication d'articles sur Volkswagen.Bruno Ricarddirecteur général adjoint de la régie 366

Depuis l'envoi de l'e-mail, aucune décision d'annulation ou de report n'a été prise, assure la régie. "La campagne est maintenue pour l'instant, y compris pour les dates d'octobre en question. Il n'y aucune différence entre les investissements prévus en août et aujourd'hui", indique Bruno Ricard.

"Aucune consigne d'annulation", selon MediaCom

S'exprimant pour le compte de Volkswagen, l'agence MediaCom a publié, mardi, un communiqué qui "dément formellement" la version de l'hebdomadaire. "Le groupe Volkswagen France n'a donné aucune consigne d'annulation de ses campagnes de publicité dans les médias en France, écrit l'agence. Au contraire, il maintient les investissements prévus."

MediaCom reconnaît toutefois une demande de la part de Volkswagen de décaler ses campagnes. Certaines parutions publicitaires ont bien été annulées et, dans certains cas, le constructeur allemand a "demandé aux supports concernés de le facturer en cas de non-revente des espaces concernés".