Scandale Volkswagen : le rappel des véhicules truqués commencera en janvier

Le nouveau patron du groupe, Matthias Müller, a donné, mardi, sa première interview dans un journal allemand. 

Un homme soulève le capot d\'une Volkswagen, le 2 octobre 2015, à Séoul (Corée du Sud).
Un homme soulève le capot d'une Volkswagen, le 2 octobre 2015, à Séoul (Corée du Sud). (KIM HONG-JI / REUTERS)

Après le scandale, les réparations. La procédure de rappel des véhicules équipés de moteurs diesel truqués devrait commencer en janvier et durer jusqu'à la fin 2016. Le nouveau patron de Volkswagen, Matthias Müller a fait cette annonce dans un entretien au quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung (en allemand), mercredi 7 octobre. 

"Nous présentons cette semaine à l'Autorité de sûreté automobile (KBA) des propositions de solutions techniques. Si elles sont acceptées, nous commanderons les pièces", a expliqué le dirigeant au FAZ. Selon lui, la plupart des voitures n'ont besoin que d'une modification du logiciel moteur. Mais pour certaines, il faudra procéder à des interventions lourdes. Tout cela se fera "gratuitement pour les clients, bien sûr".

De possibles conséquences sur l'emploi 

Mardi, Matthias Müller a annoncé la couleur aux 20 000 salariés rassemblés pour l'écouter au siège de Wolfsburg. Avec onze millions de véhicules équipés de moteurs diesel truqués, le scandale coûtera très cher au mastodonte automobile. Et des répercussions sur l'emploi ne sont pas à exclure. 

Car même si Volkswagen a déjà provisionné 6,5 milliards d'euros dans ses comptes pour faire face à cette crise, le groupe allemand a déjà prévenu que cette somme ne suffirait pas. Car les enquêtes et plaintes en justice pleuvent de tous côtés, à mesure que Volkswagen dévoile le détail des marques, modèles et pays concernés et l'action a perdu plus de 40% en deux semaines.