Cet article date de plus de quatre ans.

Etats-Unis : Fiat Chrysler accusé d'avoir truqué 104 000 moteurs diesel

Le constructeur automobile a aussitôt démenti, jeudi, la présence d'un "logiciel truqueur" dans ses voitures.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Ligne d'assemblage Chrysler à Warren, dans le Michigan (Etats-Unis), le 25 septembre 2014. (REBECCA COOK / REUTERS)

Fiat Chrysler est accusé par les autorités américaines, jeudi 12 janvier, d'avoir truqué les moteurs de 104 000 de ses véhicules diesel aux Etats-Unis. Le constructeur automobile a aussitôt démenti la présence d'un "logiciel truqueur" dans ses voitures.

"Le groupe Fiat Chrysler attend avec impatience de démontrer (...) que sa stratégie de contrôle des émissions est correctement justifiée et ne s'apparente donc pas à un 'logiciel truqueur'", a assuré le groupe dans un communiqué où il affirme à plusieurs reprises avoir hâte de s'expliquer auprès de la "future administration" américaine.

Fiat plonge en Bourse

Des déclarations qui ne semblent pas avoir rassuré les investisseurs. Le titre de Fiat Chrysler Automobiles a perdu plus de 16% dans la journée à la Bourse de Milan, à la suite de ces accusations. Plusieurs fois suspendu, le titre est descendu jusqu'à -18% et a clôturé sur une baisse de 16,14% à 8,78 euros. 

Cette pratique destinée à minimiser le niveau réel des émissions polluantes, a déjà été épinglée chez Volkswagen par les autorités américaine.

Pour se sortir du scandale du "dieselgate", le groupe allemand a plaidé coupable de fraude, mercredi aux Etats-Unis, et devra verser près de 22 milliards de dollars de dédommagements et de pénalités.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Volkswagen

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.