Voitures électriques : EDF propose d'acheter l'électricité non utilisée

L'électricien vient de lancer, avec une start-up, des bornes de recharge intelligentes.

Des bornes de rechargement pour voitures électriques installées par EDF et Dreev sur le parking de la société Hotravail en Gironde.
Des bornes de rechargement pour voitures électriques installées par EDF et Dreev sur le parking de la société Hotravail en Gironde. (EDF)

Et si vous pouviez rouler gratuitement avec une voiture électrique ? EDF vient de lancer un système de recharge intelligent, en partenariat avec la start-up Dreev. Grâce à votre véhicule, vous pouvez vendre de l’électricité au réseau ! Le système s’adresse pour l’instant aux entreprises et aux collectivités.

Une entreprise de la région bordelaise l’a déjà testé : il s'agit de Hotravail, groupe de plus de 500 salariés qui emploie des personnes handicapées dans des domaines allant des espaces verts à l’audiovisuel.

Le reportage de Grégoire Lecalot
--'--
--'--

Chez Hotravail, lorsqu'un salarié gare sa voiture électrique sur le parking, la borne de recharge est un peu différente des autres. "Il faut juste ouvrir le petit clapet, on prend le pistolet, on l'insère, et après on dit à la borne qu'elle peut faire le boulot, et c'est parti !", explique Olivier Demons, responsable développement. Ensuite, il y a deux options : soit on recharge la voiture, soit on la transforme en fournisseur d’électricité. Cette deuxième option est plutôt utilisée à des moments où il y a des besoins d'électricité sur le réseau. "C'est en fin de journée, en hiver, quand les personnes mettent le chauffage, vers 19 heures, 20 heures, ou l'été quand on met la climatisation", détaille Olivier Demons.

Ces bornes intelligentes permettent de vendre au réseau l’électricité de la batterie de la voiture, quand elle est inutilisée. 

96% du temps, une voiture est statique, elle n'est pas utilisée. Donc c'est une énorme opportunité de moins polluer et de dégager de la valeur, pour le client en particulier.Eric Mévellec, patron de Dreevà franceinfo

Serge Dessay, le patron de Hotravail, a engagé très tôt son groupe sur la voie de la transition écologique. Et en chef d’entreprise, il a aussi fait les comptes. "Nous avons un gain d'environ 20 euros par véhicule et par mois, assure-t-il. Sur un véhicule ça paraît peu, mais dans l'objectif 2020-2021, ça va représenter une centaine de véhicules. Donc ça compense le coût du véhicule. Cela va être une économie très substantielle pour l'ensemble du groupe que je dirige."

Un système de programmation et de recharge rapide évite au conducteur de se retrouver avec un véhicule déchargé quand il en a besoin. Si pour le moment, ce système n’est proposé qu’aux entreprises et collectivités, Dreev et EDF espèrent convaincre les constructeurs automobiles d’intégrer cette technologie pour les particuliers. Avec un objectif : que les batteries de voitures électriques puissent amener 3 à 5 gigawatts au réseau d’ici 2035, soit l’équivalent de deux à trois réacteurs nucléaires actuels.