VIDEO. "Nous sommes prêts à 90%" : Valeo développe sa voiture autonome pour une arrivée dès 2020

L'équipementier automobile français est le premier à pouvoir tester son modèle de véhicule autonome à l'intérieur de Paris.

RADIO FRANCE / FRANCEINFO

C'est parti, jeudi 4 octobre, pour le Mondial de l'automobile à Paris, rebaptisé cette année "Paris Motor Show". À l'occasion de sa 120e édition, le salon est plus que jamais tourné vers les solutions décarbonées, à commencer par l'électrique. Les voitures autonomes sont également mises à l'honneur. Pour essayer ces véhicules qui conduisent tout seul ou presque, rendez-vous en plein Paris sur les quais de Seine. L'équipementier Valeo est le premier à avoir eu l'autorisation de tester son modèle dans la capitale.

Voiture autonome - reportage d'Isabelle Raymond
--'--
--'--

Les ingénieurs de Valeo ont intégré des "capteurs directement dans le véhicule pour montrer qu'ils sont capables de le faire sur le véhicule de monsieur tout le monde", explique Guillaume Devauchelle. En les pointant du doigt, le directeur de l’innovation montre qu'"ils sont presque invisibles" : "Juste sous le clignotant vous avez un scanner Lidar, vous avez des petits capteurs ultra-sons et derrière le pare-chocs, sans qu’ils soient visibles, des radars."

Des capteurs sur le véhicule autonome de l\'équipementier automobile Valeo.
Des capteurs sur le véhicule autonome de l'équipementier automobile Valeo. (RADIO FRANCE / ALEXANDRE BARLOT)

Au volant, Benoît ne va "pas conduire", s'amuse l'ingénieur certifié afin de pouvoir piloter le véhicule autonome. "Je lâche les commandes, je mets les mains sur les genoux et les pieds bien à plat sur le plancher et on est partis en mode autonome. On descend sur les voies sur berge et le volant tourne tout seul." Sans intervention de l'ingénieur, la voiture se "positionne au centre de la voie en s’adaptant à la vitesse règlementaire et à la vitesse du véhicule qui [le] précède".

Le pilote reprend la main, obligé de contourner un véhicule en panne devant, en empruntant la piste cyclable. La voiture autonome ne l’aurait jamais fait toute seule, car "elle est programmée pour être en accord avec le code de la route, donc elle ne va pas prendre une décision de traverser un petit remblai en béton pour aller sur une piste qui est uniquement cyclable. Elle n’a pas le droit et elle ne le fera jamais", précise Benoît.

Il y aura déjà des parties de ses fonctions qui seront la réalité très rapidement.

Guillaume Devauchelle

à franceinfo

Techniquement, Valeo est prêt à 90%, affirme Guillaume Devauchelle. Pour le Monsieur innovation de l'équipementier automobile, la voiture autonome c’est vraiment pour bientôt avec "par exemple en France, des véhicules qui rouleront quasiment en automatique sur le périphérique".

Guillaume Devauchelle s'enthousiasme : "Imaginez les millions d’heures économisées plutôt que de surveiller tout le temps son véhicule où l’on a l’impression de perdre son temps, ou aux États-Unis, les interminables autoroutes en longue ligne droite, ou dans d’autres pays avec le vieillissement de la population." Si "les causes sont très différentes d’un pays à un autre, partout dans le monde, il y a une vrai volonté à faire progresser le sujet", assure le directeur de l’innovation.

Les premières applications de la voiture autonome seront commercialisées à partir de 2020, selon l’équipementier français qui fournit de nombreux constructeurs automobile, mais préfère rester discret sur ses clients.

Guillaume Devauchelle (à g.) directeur de l’innovation chez Valeo et Benoît, ingénieur certifié pour conduire le véhicule autonome de l\'équipementier automobile.
Guillaume Devauchelle (à g.) directeur de l’innovation chez Valeo et Benoît, ingénieur certifié pour conduire le véhicule autonome de l'équipementier automobile. (RADIO FRANCE / ALEXANDRE BARLOT)