Renault : primes à géométrie variable

Le constructeur automobile Renault a enregistré des bénéfices de plus de 5 milliards d'euros en 2017, mais certains des salariés dénoncent des primes d'intéressement en baisse.

FRANCE 2

Un bénéfice exceptionnel pour le constructeur automobile Renault, mais une prime d'intéressement en baisse pour ses salariés : c'est ce que dénoncent certains syndicats. Avec des bénéfices record de 5,1 milliards d'euros, les actionnaires devraient toucher des dividendes en hausse de +12,7%. Un salarié, rencontré samedi 17 février au matin devant l'usine est désabusé : "Les bénéfices ont été meilleurs que l'année dernière, ça n'a pas changé pour autant le montant de nos primes", affirme-t-il. En 2016, un salarié du groupe touchait une prime d'intéressement entre 3 000 et 5 000 euros. Pour 2017, ce sera environ 1 000 euros en moins selon certains syndicats.

Une "injustice intolérable" pour les syndicats

La direction explique que cette rémunération était liée à un bonus exceptionnel sur un an. CGT et Sud dénoncent, eux, la disparition de ce supplément dans la prime d'intéressement : "La répartition de la valeur ajoutée se fera toujours plus en faveur des actionnaires et au détriment des salariés ! C'est une injustice intolérable." Des syndicats ont lancé un appel à la mobilisation, alors que les négociations annuelles sur les salaires reprennent dès lundi.

Le JT
Les autres sujets du JT
Usine Renault de Vilvoorde (Belgique), en 1997.
Usine Renault de Vilvoorde (Belgique), en 1997. (OLIVIER MATTHYS / BELGA / AFP)