L'expérience "Villes sans voiture" est-elle convaincante?

Paris lance un défi aux automobilistes et leur demande de laisser les véhicules au garage pendant trois semaines. France 2 est allée voir deux personnes qui ont déjà participé à ce genre d'initiatives : ont-elles pris de nouvelles habitudes? 

Cette vidéo n'est plus disponible
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Il y a deux ans, Véronique Prunevieille a participé à un défi citoyen. Troquer durant un mois leur voiture contre des moyens de transport moins polluants. Une initiative de l'agglomération Cergy-Pontoise au cours de laquelle Véronique a pris le vélo et le bus pour se rendre sur son lieu de travail. "2, 56 kilomètres en 27 min et 54 secondes. Cela représente 5 minutes de plus."

"Une fois que les enfants seront autonomes"

Au bout d'un mois, elle avait développé quelques réflexes de covoiturage avec ses collègues de l'hôpital, et comptait lever le pied côté automobile. Trois ans plus tard, cette auxiliaire de puériculture n'a finalement pas abandonné son véhicule. Des horaires décalés et des enfants à transporter ont eu raison de ses bonnes résolutions. En revanche, elle a conservé l'habitude du covoiturage : "On fait du covoiturage trois/quatre fois par semaine. C'est plus pratique pour se garer. Et puis c'est sympa", explique-t-elle. Abandonner sa voiture, elle y pense parfois, même si elle n'y est pas encore totalement prête : "Une fois que les enfants seront autonomes et sauront se débrouiller avec les transports, ce sera plus simple".

Le JT
Les autres sujets du JT
En 2015, seuls 3% des covoiturages courte distance étaient organisés via des plateformes, selon l\'Ademe.
En 2015, seuls 3% des covoiturages courte distance étaient organisés via des plateformes, selon l'Ademe. (MAXPPP)