Fabien Barthez, champion du monde 1998, au départ des 24 Heures du Mans : "Tu y mets le doigt et tu te fais prendre tout le reste !"

Pour la troisième fois depuis sa retraite de footballeur, Fabien Barthez participe ce week-end aux 24 Heures du Mans. 

Fabien Barthez lors des Le Mans Series à Monza (Italie), en mai 2017.
Fabien Barthez lors des Le Mans Series à Monza (Italie), en mai 2017. (THOMAS FENETRE / DPPI)

Fabien Barthez n’a pas coupé les ponts avec le monde du foot, mais il entre surtout de plus en plus dans celui de la course automobile. Il sera au départ de la 85e édition des 24 Heures du Mans auto, samedi 17 et dimanche 18 juin sur le circuit de la Sarthe.

Le gardien de l'équipe de France, championne du monde de 1998, est sur les circuits depuis 2008. Et il a bouclé sa première participation aux 24 Heures du Mans en 2014, sur une Ferrari.

"Je voulais juste savoir ce que c'était"

Il y a un an et demi, Fabien Barthez, 45 ans, s’est associé à l’ancien pilote de Formule 1 Olivier Panis, et a fondé une écurie d’endurance, Panis-Barthez Compétition, sous la bannière Ligier. Et il s'est engagé sur la saison de Le Mans Series. Après avoir bouclé les 24 Heures en 2016, il est de nouveau au départ cette année, pour sa troisième participation. "Ça n'a jamais été un rêve, confie Fabien Barthez, je voulais juste savoir ce qu'était que le pilotage. Et puis, petit à petit, comme on dit, tu y mets le doigt et tu te fais prendre tout le reste."

Neuvième de sa catégorie en 2014, huitième l’an dernier, Fabien Barthez n’a pas d’autre objectif cette année que de terminer à nouveau. "Quand tu passes le drapeau à damiers, tu vois la réaction de l'équipe, tu vois la décharge émotionnelle que ça provoque, et là tu te dis que t'as gagné !" dit-il. 

Le foot, un bon sujet de conversation

Bien sûr, celui qui a gardé les buts de l'OM de Monaco ou de Manchester United  mais aussi de l'équipe de France, parle foot sur le circuit du Mans. Mais c’est pour mieux s’intégrer dans le monde du sport auto. "Je suis avant tout là pour me faire plaisir. C'est à moi de m'intégrer, ça me permet de rentrer plus facilement dans les conversations", explique Fabien Barthez. 

Les 13,629 km du circuit de la Sarthe n’ont plus de secret pour le "divin chauve", qui va mettre la gomme ce week-end, en catégorie LMP2 avec deux autres pilotes français, Timothé Buret et Nathanaël Berthon, mais bien loin des terrains de football.