Cet article date de plus de huit ans.

Les prix des carburants poursuivent leur léger repli

Les prix des carburants à la pompe ont à nouveau reculé la semaine dernière en France, selon les relevés hebdomadaires officiels publiés lundi. L'essence a baissé d'environ deux centimes par litre.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une pompe de super sans plomb 95, le 14 mars 2012 à Paris. (DURAND FLORENCE / SIPA)

Bonne nouvelle : après la flambée, les prix des carburants à la pompe ont à nouveau reculé la semaine dernière en France, selon les relevés hebdomadaires officiels publiés lundi 30 avril. Pour la deuxième semaine consécutive, l'essence a baissé d'environ deux centimes par litre alors que le gazole diminue légèrement.

Le litre de gazole, carburant préféré des Français (plus de 80% des ventes), est descendu à 1,4264 euro contre 1,4295 une semaine plus tôt. Il s'éloigne ainsi de son record historique, 1,4584 euro, établi à la mi-mars, selon des données du ministère du Développement durable et des calculs de la Direction générale de l'énergie et du climat (DGEC) à partir de chiffres fournis par les stations-service.

Le litre d'essence sans plomb 95 est revenu à 1,6282 euro contre 1,6507 euro une semaine plus tôt. Il avait atteint un record de 1,6664 euro à la mi-avril. Enfin, le sans plomb 98 est retombé à 1,6824 euro, contre 1,7001 euro une semaine plus tôt.

• Pourquoi cette baisse ?

Un apaisement relatif des cours du pétrole brut. Les cours avaient été entraînés dans une spirale haussière depuis la fin 2011 en raison notamment de tensions politiques autour de l'Iran, ou encore du Soudan et du Nigeria. Des tensions qui se sont quelque peu atténuées dernièrement.

L'euro se redresse. La monnaie unique s'était dépréciée depuis la fin de l'année dernière par rapport au dollar, ce qui renchérissait automatiquement le prix de l'or noir une fois converti dans la monnaie européenne. Aujourd'hui, l'euro tend globalement à se redresser.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.