Grève des transporteurs de carburant : redémarrage à la pompe

La grève des transporteurs de carburant devrait prendre fin après plus de six jours. Les chauffeurs de camions-citernes devraient reprendre le travail dans la journée après avoir obtenu quelques avancées.

FRANCE 3

Ce matin, à Paris, la crainte d’une pénurie de carburant n’avait pas entièrement disparu. Hier soir, près d’un millier de stations-services étaient en rupture partielle ou totale. Pour faire le plein, c’était encore un peu compliqué. La situation devrait revenir à la normale dans la journée. A la veille du grand weekend de la Pentecôte, les automobilistes ne tomberont pas en panne sèche. En fin de matinée, le réapprovisionnement était en cours. La crise s’est débloquée hier soir au ministère des Transports. La CGT, à l’origine de la grève, demande une reconnaissance de la spécificité des chauffeurs routiers qui transportent des matières dangereuses, et notamment des carburants.

La spécificité du métier de transporteur de matières dangereuses

"Nous avons la satisfaction aujourd’hui d’avoir obtenu un certain nombre d’avancées significatives. Dès le 19 juin, nous allons enfin discuter avec le patronat sur la reconnaissance de spécificité des métiers, dont celui de matières dangereuses, et évidemment, dans ce cadre-là, de la discussion autour des questions salariales", a déclaré le secrétaire général de la CGT Jérôme Vérité. Dans la matinée, les grévistes ont voté la levée des blocages pour permettre le réapprovisionnement des stations-service.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une station-service à sec, à Paris, près de la porte de Saint-Cloud, le 29 mai 2017. 
Une station-service à sec, à Paris, près de la porte de Saint-Cloud, le 29 mai 2017.  (MAXPPP)