Carburants : les distributeurs pointés du doigt concernant la hausse des prix

Publié Mis à jour
Carburants : les distributeurs pointés du doigt concernant la hausse des prix
France 2
Article rédigé par
A. Sylvain, A. Peyrout, J-C. Lambard - France 2
France Télévisions

Les tarifs à la pompe sont historiquement élevés. Distributeurs et pouvoirs publics se renvoient la balle pour faire baisser la facture.

Comment freiner la flambée du prix de l'essence ? La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a son idée sur la question. Mardi 12 octobre, à l'Assemblée nationale, cette dernière a pointé du doigt les distributeurs. "Je demande aux distributeurs de faire un geste dans cette période difficile en réduisant leurs marges et je me réserve bien sûr la possibilité de les réunir en cas de besoin", a déclaré Barbara Pompili.

Impossible de baisser les marges



Mercredi matin, le président du comité stratégique du centre Leclerc, a contre-attaqué. Selon lui, il est impossible de baisser encore ses marges. "Il n'y a pas beaucoup sous le pied aujourd'hui pour baisser nos marges puisqu'on est déjà pratiquement à prix coûtant (...). Si l'État baissait ses taxes proportionnellement, on suivrait", a affirmé Michel-Édouard Leclerc sur RMC. Dans le détail, sur un litre d'essence à 1,63 euro, les taxes représentent 59% du prix, contre 31,5% pour le pétrole et le raffinage et 9,5% pour les coûts de distribution, dont environ 1% de marge.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Hausse des prix des carburants

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.