DIRECT. "Gilets jaunes" : Emmanuel Macron annonce une réponse "intraitable" aux violences à la Réunion

Trente membres des forces de l'ordre ont été blessés depuis samedi. "On ne peut pas accepter les scènes que nous avons vues", a estimé le chef de l'Etat, mercredi.

Des manifestants bloquent une route à Saint-Denis-de-la-Réunion, le 19 novembre 2018.
Des manifestants bloquent une route à Saint-Denis-de-la-Réunion, le 19 novembre 2018. (RICHARD BOUHET / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Emmanuel Macron a annoncé, mercredi 21 novembre, une réponse "intraitable" aux violences à la Réunion. "Ce qui se passe depuis samedi à La Réunion est grave. Nous avons mis les moyens et allons continuer à les mettre : nos militaires seront mobilisés dès demain pour rétablir l'ordre public. Nous serons intraitables car on ne peut pas accepter les scènes que nous avons vues", a-t-il écrit sur Twitter. Des propos conformes à ce qu'il a déclaré en ouvrant le Conseil des ministres. Le chef de l'Etat avait affiché sa volonté de fermeté contre "des comportements inacceptables" lors des manifestations des "gilets jaunes", selon le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux.

Mobilisation en baisse. Le ministère de l'Intérieur décompte 7 171 manifestants sur 337 sites (dont 96 blocages) mercredi à 9 heures, contre 10 660 manifestants sur 446 sites (dont 208 blocages) mardi.

Tensions à La Réunion. De violents affrontements entre jeunes et policiers ont éclaté, dans la nuit de mardi à mercredi, en marge de blocages des "gilets jaunes". Trente membres des forces de l'ordre – 16 policiers et 14 gendarmes – ont été blessés, d'après Benjamin Griveaux.

 Prise de distance de la CFDT. La CFDT Route, premier syndicat du transport routier, a annoncé, mercredi, qu'elle n'appellerait pas ses adhérents à rejoindre le mouvement des "gilets jaunes" et "continuera à défendre farouchement le pouvoir d'achat des salariés".

Des débordements en Belgique. Deux hommes ont été placés en garde à vue à la suite de débordements à proximité du dépôt pétrolier de Feluy, sur la commune de Seneffe, en Belgique.

Des dégâts en Gironde. La préfecture de Gironde publie sur son compte Twitter des photos des dégradations réalisées par les "gilets jaunes" au péage de Virsac, sur l'autoroute A10. Les manifestants ont en revanche levé leur barrage à Saint-André-de-Cubzac sur la RN10, permettant de fluidifier la circulation sur l'A10, coupée après le blocage du péage.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #GILETS_JAUNES

23h41 : "Le fait que les syndicats cherchent à s'agglomérer, c'est une bonne nouvelle pour nous."

FO Transports a appelé à rejoindre le mouvement et une intersyndicale CFDT, CFTC et FO doit se réunir ce vendredi pour déterminer la suite à donner au mouvement. "Nous avons besoin de tout le monde pour continuer le mouvement des gilets jaunes," se réjouit ce leader du mouvement.

23h57 : "Ce qui se passe depuis samedi à La Réunion est grave (...) Nous serons intraitables car on ne peut pas accepter les scènes que nous avons vues", écrit le chef de l'État sur son compte Twitter.

23h12 : Emmanuel Macron annonce une réponse "intraitable" aux violences à la Réunion.

22h59 : Près de 300 Gilets jaunes bloquaient ce soir les voies de l’autoroute A16 à Calais. Une centaine d’entre eux sont montés sur la chaussée, pour y bloquer la circulation, rapporte La Voix du Nord.

22h37 : Les scènes décrites sont choquantes. La CGT douanes a déposé plainte contre des "gilets jaunes" pour injure, diffamation et incitation à la haine raciale. Lors d’un barrage filtrant organisé à Flixecourt (Somme), des manifestants ont repéré des migrants cachés à l’intérieur d’un camion-citerne. Ils ont alors signalé leur présence aux gendarmes et se sont félicité de faire "mieux que la douane".

22h28 : "Nous arrivons à un moment qui est dangereux pour notre pays". Sur franceinfo, Jean Lassalle a expliqué pourquoi il a porté un gilet jaune à l'Assemblée.

21h52 : La pression des "gilets jaunes" a été la plus forte. Cet après-midi, les quatre enseignes Leclerc, Intermarché, Geant Casino et Carrefour Market ont fermé tour à tour leur station-service, à Marmande (Lot-et-Garonne). "Soit ils acceptaient notre proposition, soit nous bloquions", explique l’un des manifestants marmandais à Sud-Ouest.

21h46 : "Une nouvelle étape d'augmentation des taxes sur les carburants est prévue au mois de janvier: cela mérite que nous y réfléchissions".

Au cinquième jour du mouvement des "gilets jaunes" contre la hausse des prix des carburants, le leader centriste appelle dans Le Figaro à "comprendre qu'un tel mouvement est un révélateur d'une crise profonde de la société française", "une sorte de sécession de la base de la société contre son prétendu sommet" qui date, selon lui, "de plusieurs décennies".

21h39 : Il lui en coûtera 1 500 euros. Selon BFM TV, l'incident provoqué par Jean Lassalle a été inscrit au procès-verbal de la séance et le parlementaire va subir une retenue sur ses indemnités parlementaires de 1 500 euros.

21h09 : Ils ne sont plus que quelques milliers d'irréductibles sur l'ensemble du territoire. Si le mouvement des "gilets jaunes" s'essouffle, certains, obstinés, résistent et réinstallent les barrages pour y passer la nuit.

21h02 : L'objectif : porter des revendications telles que la sélection à la fac ou la réforme du lycée, qui ne "sont pas directement liées aux 'gilets jaunes' mais qui s'inscrivent dans le contexte", a expliqué à franceinfo Louis Boyard, président de l'UNL.

21h02 : Les jeunes vont-ils sortir des classes pour revêtir le gilet jaune ? Depuis hier, certains lycéens semblent vouloir rejoindre les manifestations. L'UNL (Union nationale lycéenne) appelle ainsi à une journée d'actions et de blocages vendredi, indique sa direction à franceinfo.

20h41 : Les blocages se poursuivent aujourd'hui pour le cinquième jour consécutif. On fait le point sur la mobilisation région par région dans notre article.

18h36 : Après un appel relayé sur les réseaux sociaux pour bloquer le dépôt pétrolier près de l'aéroport de Vatry, dans la Marne, le préfet a pris un arrêté d'interdiction, rapporte France Bleu Champagne-Ardenne. Une première dans le département.

17h22 : Le préfet du Finistère porte plainte pour une fake news relayée par certains "gilets jaunes", notamment une vidéo mentionnant que "des CRS s'en prennent à un handicapé en chaise roulante, ils tabassent son accompagnant, et ensuite s'en prennent à la personne qui filme la scène". "Les CRS ne m’ont pas agressé, ils ont voulu au contraire me protéger", a rétabli l'homme dans la chaise roulante auprès de Ouest France.

17h11 : A La Réunion, la rencontre entre le préfet et des représentants des gilets jaunes, prévue en préfecture à 18 heures (heure locale) a finalement été annulée, rapporte Réunion La 1ère.

17h04 : Des "gilets jaunes" contestent le chiffre de 282 000 manifestants donné samedi par le ministère de l'Intérieur, certains affirmant qu'ils étaient "au moins un million partout en France". A l'approche de leur prochain rassemblement prévu le 24 novembre à Paris, franceinfo vous aide à y voir plus clair dans cet article.

16h32 : Des préfectures demandent aux automobilistes de ne pas provoquer de pénurie de carburants, au cinquième jour de mobilisation des "gilets jaunes", notamment dans l'Ariège et dans l'Hérault. "Les automobilistes sont invités à faire preuve de civisme, pour ne pas provoquer de rupture de stocks en se précipitant dans les stations", a fait savoir la préfecture de l'Ariège, où les dépôts pétroliers sont débloqués depuis mardi.

16h02 : Que dit le règlement sur l'incident de Jean Lassalle portant un gilet jaune dans l'hémicycle ? 👕

15h39 : La séance a repris dans une atmosphère tendue. Des députés insoumis et du Rassemblement national ont quitté l'hémicycle. Christophe Castaner a répondu à la question qui lui avait été posée sous les huées des députés LR et sous les ovations des députés LREM.

15h37 : A l'Assemblée nationale, la séance des questions au gouvernement a brièvement été suspendue après que Jean Lassalle a enfilé un gilet jaune.

15h12 : Bonjour @fab92n, nos confrères de France 2 ont justement répondu à vos questions. Sachez que si vous arrivez en retard, il vous faudra absolument une preuve que ce délai est lié à un barrage. Pour cela, le plus simple reste de prendre une photo.

15h11 : En retard ou dans l'impossibilité de se rendre à sont travail, quels sont les droits du salarié et de l'employeur en cas de blocage ?

15h06 : A La Réunion, le préfet a proposé aux "gilets jaunes" rassemblés dans un square devant la préfecture de les rencontrer à 18 heures (heure locale), soit 15 heures à Paris, rapporte Réunion la 1ère

15h00 : Les "gilets jaunes" continuent leur mobilisation notamment dans le Jura, la Loire, en Haute-Marne et en Mayenne, selon France Bleu et les préfectures des départements. En Haute-Marne, 13 rassemblements étaient en cours à la mi-journée, et dans le Jura une opération escargot est en cours sur l'A39. Dans la Loire, les gilets jaunes conduisent également une opération escargot mais sur les lignes de tram T1 et T2.

14h03 : Environ 2 000 messages ont été partagés sur Twitter avec le hashtag #BalanceTonGilet depuis samedi dernier. Au cœur des critiques de ces internautes : des violences, insultes racistes et homophobes, ainsi que les dégâts causés lors des différentes manifestations de ces derniers jours.

13h58 : Péages saccagés, policiers blessés, panneaux de signalisation vandalisés... Cet article vous résume les quatre signes qui montrent que le mouvement des "gilets jaunes" se radicalise, et pourquoi la tournure des événements commence sérieusement à inquiéter les autorités.

13h57 : Trente membres des forces de l'ordre, 16 policiers et 14 gendarmes, ont été blessés à La Réunion en intervenant contre les violences urbaines qui frappent l'île paralysée par les "gilets jaunes", selon le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux.

14h01 : Un escadron de gendarmerie mobile de Troyes va se rendre à La Réunion, en renfort face aux violences qui touchent l'île. Il doit arriver jeudi, a appris franceinfo. La nuit dernière, neuf policiers ont été blessés dont un grièvement lors d'affrontements à Saint-Denis, selon des informations de Réunion la 1ère. Des commerces ont été vandalisés et des voitures incendiées, malgré le couvre-feu mis en place par la préfecture.

13h18 : Certains distributeurs, dont des entrepôts et des supermarchés bloqués depuis samedi par des "gilets jaunes", déplorent une perte de leur chiffre d'affaires et mettent en garde contre des problèmes d'approvisionnement. Le patron de la Fédération du commerce et de la distribution a évoqué des entrepôts mis au chômage technique. Auchan, de son côté, déplore une perte de 50 millions de chiffres d'affaire en trois jours.

12h34 : Le mouvement des "gilets jaunes" touche aussi la Belgique. Deux hommes ont été placés en garde à vue à la suite des débordements intervenus sur une manifestation à proximité d'un dépôt pétrolier dans le sud du pays, selon une source policière. Depuis près d'une semaine, les manifestations à proximité de ce dépôt ont entraîné à plusieurs reprises la fermeture de portions du grand axe reliant Mons à Bruxelles.

12h34 : Vinci Autoroutes signale 88 manifestations de "gilets jaunes" sur ou à proximité de ses autoroutes ce matin. Au total, 20 autoroutes sont perturbées. Les plus touchées sont l'A64, l'A7, l'A10, l'A62 et l'A9. Mais des "gilets jaunes" sont aussi mobilisés sur l'A11, l'A20, l'A28, l'A54, l'A61, l'A63, l'A645, l'A66, l'A71, l'A72, l'A75, l'A83, l'A85, l'A87 et l'A89.

12h25 : Auprès de franceinfo, une journaliste qui s'est retrouvée encerclée par "une centaine" de "gilets jaunes" en colère dimanche dernier témoigne de ces "cinq à dix minutes" d'agressions verbales particulièrement violentes, vécues par bon nombre de reporters couvrant les manifestations.

11h34 : Non loin de là, à Cherbourg, les "gilets jaunes" ont obtenu de la mairie la gratuité du stationnement pour aujourd'hui. Ils ont aussi bâché les horodateurs, rapporte France Bleu Cotentin.

11h27 : Six personnes ont été interpellées sur trois lieux de manifestation différents dans le Calvados ce matin, dont une, à Lisieux, pour avoir blessé deux gendarmes, rapporte France Bleu Normandie.

11h10 : Vinci Autoroutes se défend après les témoignages d'automobilistes ayant passé la nuit bloqués sur l'A10 en Gironde, près de péage de Virsac. 350 véhicules ont été évacués dans la nuit par les équipes de la société d'autoroute, indique celle-ci, qui explique prendre en charge la centaine de véhicules toujours sur place ce matin. "Ces opérations d’assistance sont rendues difficiles en raison de la configuration du blocage avec de nombreux véhicules stationnés sur les voies", explique Vinci.

10h30 : Selon Réunion la 1ère, d'autres affrontements opposent actuellement les forces l'ordre à des manifestants dans la ville du Port. Le journaliste de la chaîne sur place évoque des jets de galet par les manifestants, et de tirs de gaz lacrymogènes de la part des forces de l'ordre. Par ailleurs, 25 barrages sont actuellement en place sur l'île.