PSA : bientôt engluée dans le dieselgate ?

Après Volkswagen, Renault et Fiat, c'est au tour du groupe Peugeot d'être suspecté de n'avoir pas tout dit sur ses moteurs diesel. Une enquête de la répression des fraudes a été transmise à la justice.

France 3

PSA attire l'attention de la justice dans l'affaire du diesel. Il est le quatrième constructeur automobile à être obligé de s'expliquer sur le taux de pollution de ses moteurs. Une enquête de la direction de la répression des fraudes était déjà en cours contre PSA. Après des tests d'émission de CO2 et d'azote, des perquisitions, le dossier vient d'être transmis au parquet.

Peugeot se défend

Le constructeur se défend de toute tricherie. "Nous avons été extrêmement surpris et même choqués. Nous avons inventé le filtre à particules dans les années 2000 avant qu'il soit généralisé. Nous avons généralisé les meilleures technologies pour dépolluer nos voitures. Et donc, clairement, nous n'avons jamais trompé ni le régulateur ni nos clients. Et nous ne comprenons pas cette décision", affirme Gilles Le Borgne, le directeur de la qualité et de l'ingénierie de PSA. Une énième mise en cause dans ce que l'on appelle le dieselgate. L'affaire est désormais entre les mains du procureur de Versailles.

Le JT
Les autres sujets du JT
Site PSA Peugeot Citroën de Rennes, à Chartres-en-Bretagne, le 28 août 2012. (Photo d\'illustration)
Site PSA Peugeot Citroën de Rennes, à Chartres-en-Bretagne, le 28 août 2012. (Photo d'illustration) (THOMAS BREGARDIS / AFP)