Municipales à Paris : qui de Rachida Dati ou Anne Hidalgo dit vrai sur la pollution et la circulation à Paris ?

Anne Hidalgo affirme que la pollution et le trafic automobile à Paris ont baissé alors que Rachida Dati soutient que la capitale est embouteillée et n'a jamais été aussi polluée. Anne Hidalgo dit vrai sur la pollution, mais Rachida Dati aussi sur les embouteillages.

Des voitures circulent près de l\'Arc de triomphe, à Paris, un jour de pic de pollution aux particules fines, le 23 janvier 2017.
Des voitures circulent près de l'Arc de triomphe, à Paris, un jour de pic de pollution aux particules fines, le 23 janvier 2017. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

À deux mois des municipales, la bataille pour Paris s'accélère et le bilan de la maire sortante, la socialiste Anne Hidalgo, est épluché. Mercredi 22 janvier, sur France Inter, Anne Hidalgo a affirmé qu'elle avait "réduit le trafic automobile de 17% et la pollution de 15%". La candidate LR à la mairie de Paris, Rachida Dati, a quant à elle soutenu jeudi 23 février sur franceinfo qu'à Paris "tout est embouteillé" et que "ça n'a jamais été aussi pollué". Toutes les deux ont en partie raison. La Celulle Vrai du Faux vous explique pourquoi.

Paris est très embouteillée, mais de moins en moins

Concernant l'état du trafic routier dans la capitale, Anne Hidalgo et Rachida Dati disent vrai. Lorsque Rachida Dati affirme que Paris est embouteillée, les études lui donnent raison. L'entreprise TomTom mesure chaque année le taux de congestion des villes grâce aux trajets de ses utilisateurs de GPS. Il en ressort qu'en 2018 Paris était la ville la plus embouteillée de France avec 41 minutes de temps de parcours supplémentaire pour un trajet qui ne devrait prendre qu'une heure.

Toutefois, Anne Hidalgo a également raison lorsqu'elle déclare que ce trafic automobile a baissé.

Si l'on se base sur les chiffres communiqués par le service voirie de la mairie, une baisse est bel et bien enclenchée depuis les années 2000, c'est-à-dire lorsque Bertrand Delanoë était maire de Paris. 800 capteurs sont installés dans la capitale et les données qu'ils font remonter établissent que, sur la seule mandature d'Anne Hidalgo (2014-2019), le trafic automobile a baissé de 22%. 2019 constitue même une année record avec une baisse de 8% du trafic automobile par rapport à 2018. Il faut tout de même préciser que si le trafic des voitures est en baisse, celui des deux-roues motorisés a augmenté. La part des deux-roues motorisés dans le parc automobile parisien est passée de 10% en 2001 à 16% en 2016.

La pollution liée au trafic a baissé

Rachida Dati est floue lorsqu'elle affirme qu'à Paris "ça n'a jamais été aussi pollué" puisque l'on ne sait pas à quelle pollution elle fait référence (particules fines, dioxyde d'azote ?). Toutefois, si la candidate LR pensait parler de la pollution liée au trafic routier, les mesures d'Airparif lui donnent tort. Les courbes de cet organisme chargé de mesurer la pollution et la qualité de l'air montrent qu'il y a une diminution globale de la pollution au dioxyde d'azote de 15% depuis presque dix ans. C'est d'ailleurs ce chiffre qu'Anne Hidalgo reprend à son compte, sauf qu'elle n'est maire que depuis six ans. Durant son mandat, la baisse de pollution au dioxyde d'azote a plutôt été de l'ordre de 11%.

Toutefois, si la pollution à Paris diminue, les seuils limites sont encore très souvent dépassés. Selon Airparif, en 2018, près de 700 000 habitants (soit près d'un Parisien sur trois) étaient exposés à une pollution trop forte au dioxyde d'azote. C'est vraisemblablement ce pourquoi Anne Hidalgo a également complété son propos en affirmant qu'il "faut aller beaucoup plus loin".

Sources :

- Air Parif :  https://www.airparif.asso.fr/_pdf/publications/Rbilan75_2018.pdf

- Apurhttps://www.apur.org/fr/nos-travaux/amelioration-qualite-air-lien-baisse-trafic-routier-contribution-situation-paris

- Observatoire des déplacements à Paris : 
http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.html?id=Temis-0033289