En 2016, le budget auto a augmenté au-delà de l'inflation

En 2016, le budget de l'automobiliste a grimpé au-delà de l'inflation, notamment à cause de la hausse des taxes sur les carburants, selon l'Automobile club Association, qui publie son rapport annuel.

Une Renault et une Dacia, la marque low cost de Renault, dans une concession automobile.
Une Renault et une Dacia, la marque low cost de Renault, dans une concession automobile. (DOMINIQUE FAGET / AFP)

Le budget des automobilistes est de plus en plus lourd, selon le rapport annuel de l'Automobile club association (ACA), "Le budget de l'automobiliste", publié jeudi 30 mars 2017. L'association a comparé le montant des dépenses moyennes (achat, assurance, carburant, entretien etc.) des propriétaires de quatre voitures classées en deux catégories : la catégorie des "petits" rouleurs qui avalent environ 8 000 km par an (une Renault Clio essence et une Dacia Logan diesel) et la catégorie des automobilistes qui parcourent plus de 15 000 km par an (une Peugeot 308 diesel et une Toyota Prius hybride).

Les modèles diesel, plus rentables

Dans la première catégorie, c'est la Dacia Logan diesel qui s'en sort le mieux : son budget annuel est de 4 756 euros. L’entretien ne coûte que 5% de moins mais ce modèle est près de 30% moins onéreux à l'achat ce qui, selon l'association, permet à de nombreux automobilistes de faire le choix d'une voiture neuve plutôt que d'occasion. La Clio essence, elle, a coûté 5 883 euros sur un an pour 8 469 km parcourus.

Dans la seconde catégorie, là encore, c'est le modèle diesel qui a coûté le moins cher : le budget total de la Peugeot 308 a atteint 8 335 euros pour 15 739 km, alors que la Toyota Prius hybride a coûté plus de 9 471 euros pour le même nombre de kilomètres parcourus. Son prix grimpe surtout en raison de la baisse de son bonus à l'achat (2 384 euros en 2014 contre 750 euros en 2016) mais elle reste en tête des véhicules les plus fiables.

Source : ACA (mars 2017)
Source : ACA (mars 2017) (VISACTU)

L'ACA rappelle qu'en 2016 le budget de l'automobiliste a grimpé au-delà de l'inflation (+0,2%) notamment à cause de la hausse des taxes sur les carburants. L'association qualifie de "délirante" la hausse de la fiscalité : jusqu'à cinq fois l'inflation pour l'essence et jusqu'à 17 fois pour le gazole. Cela a empêché aux automobilistes de profiter de la baisse du prix du pétrole. Elle pointe également les hausses des prix catalogue, des dépenses d'entretien, de péage et des primes d'assurance ainsi qu'une chute du bonus pour les hybrides.

L'Automobile club associaton profite également de ce rapport pour dénoncer "les décisions 'anti-voitures' empreintes d'un certain dogmatisme" reposant sur "le concept clivant et erroné opposant 'bons' et 'mauvais' modes de déplacement".