VIDEO. PSA : les salariés s'attendaient au pire

Au moment de prendre leur service, les salariés du site d'Aulnay-sous-Bois se faisaient peu d'illusions sur leur avenir.

Luc Bazizin / France 2

Au moment de prendre leur service, jeudi 12 juillet, les salariés du site d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) se faisaient peu d'illusions sur leur avenir. La veille, le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, avait dit craindre que les annonces de restructuration chez PSA Peugeot Citroën constituent "un choc pour la nation". Ces craintes se sont confirmées après le comité central de l'entreprise.

PSA Peugeot Citroën a annoncé l'arrêt de la production dans son usine d'Aulnay en 2014 et la suppression de 8 000 emplois en France, après avoir enregistré une perte nette au premier semestre. Le premier constructeur automobile français prévoit "l'arrêt en 2014 des activités de production à Aulnay, qui emploie 3 000 salariés, le recentrage de la production en région parisienne sur Poissy et la revitalisation du site d'Aulnay", indique un communiqué. PSA prévoit de proposer des postes à 1 500 salariés en interne et à 1 500 salariés dans le bassin d'emploi d'Aulnay "grâce aux actions de reclassement externe".

Un salarié du site PSA d\'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), le 12 juillet 2012.
Un salarié du site PSA d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), le 12 juillet 2012. ( FRANCE 2)