Cet article date de plus de sept ans.

Vidéo Les ouvriers de PSA estiment "justifié" que leur patron renonce à sa retraite chapeau

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
SIMON RICOTTIER, LOUP KRIKORIAN ET MARGAUX MANIERE - FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

La décision de Philippe Varin de renoncer aux conditions actuelles de sa retraite chapeau, provisionnée à hauteur de 21 millions d'euros, a été unanimement saluée.

Philippe Varin, le président du directoire de PSA Peugeot Citroën, a renoncé, mercredi 27 novembre, aux dispositions prévues pour sa retraite chapeau en raison de la polémique suscitée par les 21 millions d'euros provisionnés par le groupe, alors que le constructeur automobile est en difficulté financière et en restructuration.

Les salariés de l'usine PSA de Poissy (Yvelines) ont appris la nouvelle avant d'aller travailler sur les chaînes de montage. "C'est tout à fait normal. Au moins, ça veut dire qu'on est tous dans la même galère", confie l'un d'eux. "C'est tout à fait justifié, vu les circonstances actuelles du groupe, les salaires qu'ils nous ont annoncé gelés pour nous", renchérit un autre.

Le chef de l'Etat a également salué une "décision sage", "la seule possible au regard de la situation de l'entreprise". L'ex-patronne des patrons, Laurence Parisot, y a vu la marque d'"un homme d'une très grande classe", "pas surpayé"  et qui surtout, selon elle, "a remis PSA sur les rails" et "a plus que limité les dégâts". François Delapierre, secrétaire national du Parti de gauche, est plus mesuré. Pour lui, Philippe Varin "a eu peur". Et de conclure : "On a vécu un petit épisode de la lutte qu'on a tous les jours dans beaucoup d'entreprises face à la finance."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise automobile

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.