Cet article date de plus de sept ans.

PSA choisit Louis Gallois pour prendre la présidence du groupe

Le conseil de surveillance de PSA Peugeot Citroën s'est choisi, mardi, un nouveau président, qui aura pour tâche de surperviser l'arrivée de deux nouveaux actionnaires, l'Etat et le chinois Dongfeng, au côté de la famille Peugeot.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Louis Gallois, le 16 avril 2013, lors d'un discours à Paris. ( BARBARA ORTUTAY / AP / SIPA)

La nouvelle direction de PSA prend forme. Le conseil de surveillance de Peugeot Citroën a choisi Louis Gallois, mardi 18 mars, pour succéder à Thierry Peugeot comme futur président du premier constructeur automobile français, selon une source proche du dossier. Louis Gallois, candidat défendu par l'Etat, a été désigné à l'unanimité. Il formera un tandem avec le nouveau président du directoire, Carlos Tavares et aura pour mission de surperviser l'arrivée de deux nouveaux actionnaires, l'Etat et le chinois Dongfeng, au côté de la famille Peugeot.

La nomination de l'ancien PDG d'EADS sera soumise au vote des actionnaires et devrait être formalisée lors d'une première réunion du nouveau conseil de surveillance programmée le 29 avril. L'assemblée générale, prévue jusqu'ici le 30 avril, pourrait être avancée au 25.

Parité entre Dongfeng, l'Etat français et la famille Peugeot

"Le conseil de surveillance a aussi voté à l'unanimité en faveur d'un conseil de surveillance avec 14 membres, a ajouté la source interne. La famille Peugeot sera représentée par Thierry et Robert." La nouvelle gouvernance de l'après-Dongfeng prévoit un conseil légèrement resserré, puisqu'il compte aujourd'hui 15 membres, dont quatre de la famille Peugeot.

Le futur conseil consacrera le principe d'un équilibre entre les trois principaux actionnaires, qui se retrouveront à parité, après l'augmentation de capital de trois milliards d'euros que prépare le groupe pour redresser sa situation financière : PSA a encore subi une perte nette de 2,3 milliards d'euros en 2013. Dongfeng, l'Etat français et la famille fondatrice détiendront chacun 14% du capital du constructeur automobile et seront chacun représentés par deux administrateurs.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise automobile

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.