VIDEO. Elisabeth Borne invoque "la présomption d'innocence" pour justifier le maintien de Carlos Ghosn à la tête de Renault

Selon la ministre des Transports, invitée mardi de franceinfo, une "gouvernance transitoire" a été mise en place, depuis la détention du PDG de Renault au Japon.

RADIO FRANCE

"Il y a un principe de présomption d'innocence et le gouvernement applique ce principe", a déclaré Elisabeth Borne, mardi 8 janvier sur franceinfo. La ministre des Transports a ainsi justifié le maintien de Carlos Ghosn au poste de président du géant de l'automobile français Renault, alors que le PDG de la firme est en détention au Japon. 

"La gouvernance de Renault est assurée. Il y a une gouvernance transitoire qui a été mise en place", a assuré la ministre à propos du PDG de Renault qui comparait aujourd'hui pour la première fois devant un juge, soupçonné d'avoir minoré sa rémunération en tant que président du conseil d'administration de Nissan. "Evidemment, si cet empêchement devait durer il faudrait en tirer les conséquences, mais aujourd'hui, il y a un principe de présomption d'innocence qui doit être respecté", a-t-elle toutefois tempéré. Par ailleurs, Elisabeth Borne a insisté sur le fait que "le gouvernement n'a pas d'information et n'a pas d'éléments qui pourraient nous conduire à conclure à la culpabilité de M. Ghosn".

La ministre des Transports, Elisabeth Borne, invitée mardi 8 janvier 2019 sur franceinfo.
La ministre des Transports, Elisabeth Borne, invitée mardi 8 janvier 2019 sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)