VIDEO. Carlos Ghosn a "droit à un traitement équitable", juge Pierre Moscovici

Le commissaire aux Affaires économiques a rappelé "la présomption d'innocence" qui doit entourer les enquêtes visant l'ex-patron de Renault-Nissan. 

"M. Ghosn, quels que soient les reproches qu'on lui fait, a droit à un traitement équitable", a déclaré Pierre Moscovici lundi 8 avril, à propos de l'ex-PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, de nouveau arrêté au Japon jeudi dernier. 

"Il faut rappeler deux principes : le premier, c'est qu'il y a l'indépendance de la justice japonaise (…) et s'il y a des suspicions, il faut que la justice passe. Mais la deuxième chose, c'est qu'il faut aussi rappeler la présomption d'innocence, la protection consulaire et le droit de chacun à avoir une défense", a poursuivi le commissaire européen chargé des Affaires économiques, alors que les actionnaires de Nissan ont voté lundi la révocation du mandat d'administrateur de l'ancien patron de Renault.

"Il était très important que M. Le Drian [le ministre des Affaires étrangères] fasse ces rappels à son homologue japonais", a-t-il souligné. "Il était nécessaire de rappeler ces principes de présomption d'innocence", a insisté Pierre Moscovici, avant d'affirmer que l'Union européenne envoyait, elle aussi, "les signaux appropriés".

Pierre Moscovici, commissaire européen chargé des Affaires économiques, lundi 8 avril 2019 sur franceinfo.
Pierre Moscovici, commissaire européen chargé des Affaires économiques, lundi 8 avril 2019 sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)