Renault : en quittant son poste de PDG, Carlos Ghosn pourrait obtenir jusqu'à 25 millions d'euros d'indemnités

Le PDG de Renault ne sera plus en fonction à partir de jeudi, le conseil d'administration se réunit à Boulogne-Billancourt, près de Paris. 

Carlos Ghosn en octobre 2018. 
Carlos Ghosn en octobre 2018.  (ERIC PIERMONT / AFP)

C'est la fin de 14 ans de règne chez Renault. Depuis jeudi 24 janvier, Carlos Ghosn n'est officiellement plus PDG. Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a annoncé depuis Davos la démission du président de Renault. Démission que le conseil d'administration a acceptée avant de désigner une présidence bicéphale, avec comme président, l'actuel patron de Michelin, Jean-Dominique Senard, épaulé par Thierry Bolloré comme directeur général. Le conseil d'administration doit aussi se pencher sur les indemnités de départ de Carlos Ghosn, qui pourrait atteindre avec plusieurs millions d'euros. 

>> "Difficile d’être un PDG aujourd’hui..." : à Davos, la chute de Carlos Ghosn au cœur des discussions

Carlos Ghosn aura droit quoiqu'il arrive à son salaire fixe au titre de l'année 2018, soit un million d'euros. Pour la part variable, c'est plus discutable car elle est indexée sur sa présence au sein de l'entreprise alors que le PDG de Renault est emprisonné au Japon depuis la mi-novembre.

Il y a aussi une indemnité de non-concurrence pour que Carlos Ghosn n'aille pas offrir ses services ailleurs quand il sort de prison. Elle peut monter à quatre millions d'euros. Carlos Ghosn va fêter ses 65 ans début mars et pourra alors faire valoir ses droits à la retraite. Sa retraite chapeau est de l'ordre de 800 000 euros par an. Et il n'y a pas de raison pour que le conseil d'administration lui refuse,selon Loïc Dessaint du cabinet Proxinvest qui conseille les actionnaires dont ceux de Renault.

Renault pourrait tenter de faire baisser la note

Pour le cabinet Proxinvest en revanche, le conseil d'administration devra se montrer extrêmement ferme sur les actions promises à Carlos Ghosn. "Se posera une question importante pour le conseil d'administration de Renault sur les actions gratuites qu'il aurait dû avoir sous condition de présence", explique Loïc Dessaint. 

Si on le révoque, il ne sera pas présent dans l'entreprise au moment où ces actions auraient dû lui être attribuées, et là on parle d'un gros paquet de plusieurs centaines de milliers d'actions Renault, donc on peut parler jusqu'à 20 millions d'euros.Loïc Dessaint à franceinfo

Pour Loïc Dessaint, "le conseil d'administration doit être ferme en lui disant 'Carlos, tu n'as pas été présent, tu n'as pas le droit à ces actions'", concernant ces actions gratuites. 

Théoriquement, au total, Carlos Ghosn pourrait quitter Renault avec des indemnités de l'ordre de 25 millions d'euros.